Programme TV du dimanche 31 janvier : notre sélection

«The Lost City of Z» ou l’histoire vraie de l’explorateur Percival Fawcett, la saison 5 de «Grantchester» et ses intrigues policières, des répliques drôlissimes dans «Doudou» avec Kad Merad… Voici nos idées pour votre soirée télé.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Dans «The lost City of Z», Charlie Hunnam (au centre) joue le rôle de Percival Fawcett, explorateur qui a mystérieusement disparu en 1925 entre le Brésil et la Bolivie.
Dans «The lost City of Z», Charlie Hunnam (au centre) joue le rôle de Percival Fawcett, explorateur qui a mystérieusement disparu en 1925 entre le Brésil et la Bolivie. 2016 Lcoz Holdings- LLC/Aid

AVENTURES. L'Amazonie à la folie

A 20h55 sur Arte. Qu'il aborde le polar dans « Little Odessa », « The Yards » ou « La Nuit nous appartient », le mélo dans « Two Lovers », la chronique historique avec « The Immigrant », le film de science-fiction via « Ad Astra », le genre de James Gray, c'est tous les genres. « The lost City of Z », sa somptueuse incursion dans le film d'aventures, est aussi purement un film de Gray, qui désosse chaque code cinématographique comme une Cadillac, pour la conduire à sa main.

La jungle amazonienne et sa folie, la magie et la sorcellerie des Indiens n'arrivent pas tout de suite. On suit l'émergence d'un jeune aristocrate anglais, Percy Fawcett (Charlie Hunnam), explorateur qui a réellement existé et mystérieusement disparu en 1925 entre le Brésil et la Bolivie. Il voulait prouver, lors d'une troisième expédition, que la civilisation perdue qu'il appelle Z, et dont il a retrouvé des vestiges, existait bel et bien. C'est un aventurier pas désintéressé, qui veut d'abord réussir dans la haute société londonienne, tout en fondant une famille avec une épouse ultra-chic jouée par Sienna Miller. Avant d'être saisi par le mysticisme et la poésie, flanqué de son aide de camp joué par un Robert Pattinson barbu et méconnaissable. L'aventure est d'abord un moyen avant de devenir une fin. James Gray parvient en sorcier des images à nous faire passer d'une dimension à une autre, d'une saga qui commence à la « Downton Abbey » avant de plonger dans la poésie pure et à jamais énigmatique de la jungle, de son hypnose et de ses dangers. Comme une symphonie, le film s'achève crescendo par un final qui tient de la séquence de rêve et de l'indécidable pur. Magique au sens littéral.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4,5/5

«The lost City of Z», film d'aventures américain de James Gray (2016), avec Charlie Hunnam, Robert Pattinson, Sienna Miller… (2h15)

SÉRIE. Il sauve les âmes et les enquêtes

Tom Brittney (Will Davenport). 2020 Kudos Film & Television Limited
Tom Brittney (Will Davenport). 2020 Kudos Film & Television Limited  

A 21h05 sur France 3. « Grantchester » est une série britannique qui n'a jamais atteint des sommets d'audience sur France 3, malgré son cadre idyllique (l'action se situe en Angleterre près de Cambridge), le charme des années 1950, et l'excellent comédien James Norton. Celui-ci incarnait le héros des premières saisons, un pasteur qui aidait le détective Geordie Keating dans ses enquêtes. Il a quitté la série la saison dernière (diffusée sur France 3, il y a plus d'un an et demi) laissant place à un nouveau personnage, homme d'Eglise lui aussi pour ne pas chambouler la dynamique centrale de la fiction. Le successeur, le jeune Will Davenport, est fort sympathique et son interprète, Tom Brittney, a pris la relève avec brio. Cependant, si les intrigues policières de la saison 5 font toujours preuve d'originalité, la vie personnelle des protagonistes tourne un peu en rond, et quand Will tombe sous le charme d'une journaliste, on a toujours en tête les amours contrariées de son prédécesseur. En revanche, « Grantchester » peut se découvrir avec bonheur même si on n'a pas vu les précédentes saisons.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3,5/5

«Grantchester», série britannique de Daisy Coulam avec Tom Brittney, Robson Green… Saison 5 (2020), épisodes 1 et 2/6 (2 x 46 minutes).

COMÉDIE. Doudou dis donc

A 21h05 sur TF 1. Michel ( Kad Merad ) a perdu le doudou de sa fille à l'aéroport de Roissy. Il est prêt à offrir une récompense à qui le lui rapportera. Sofiane (Malik Bentalha), bagagiste, y voit un moyen de se faire un peu d'argent. Il annonce à Michel qu'il croit savoir où est le doudou. Et les voilà partis tous les deux à la recherche du si précieux objet. Cette irrésistible course contre la montre à la peluche, réalisée, mais sur un mode nettement moins décalé, par les auteurs du scénario des « Tuche », l'emporte haut la main dans la catégorie des répliques les plus drôles écrites pour le cinéma. Malgré de bonnes critiques, le film n'a hélas pas fait grand bruit dans les salles, dépassant à peine les 400 000 entrées. Il mérite une deuxième chance, tout comme un bon vieux doudou qu'on perd et qu'on retrouve…

Newsletter La liste de nos envies
Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver.
Toutes les newsletters

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« Le Doudou », comédie française inédite en clair de Philippe Mechelen et Julien Hervé (2018), avec Kad Merad, Malik Bentalha, Guy Marchand… (1h22)

DOCUMENTAIRE. Irak, pays meurtri

«Irak, destruction d’une nation» analyse en profondeur quarante ans de l’histoire de ce pays. Tohubohu Film
«Irak, destruction d’une nation» analyse en profondeur quarante ans de l’histoire de ce pays. Tohubohu Film  

A 21 heures sur France 5. Comment un pays fier de son histoire, berceau des civilisations antiques, où cohabitent pacifiquement les différentes religions a-t-il pu basculer dans l'horreur ? Ce passionnant documentaire, découpé en quatre épisodes de 52 minutes, analyse en profondeur quarante ans de l'histoire de ce pays, l'Irak, tombé dans le piège de Daech. Et c'est une vraie claque. Il raconte comment cette nation a traversé des guerres civiles, une invasion, un embargo de douze ans, une dictature. Avec des intervenants clé, au plus près de l'action, on découvre les dessous des conflits, les rouages de la diplomatie, côté français, américain, les marchés d'armement, les intérêts géopolitiques où le pétrole n'est jamais loin. Le montage rythmé et la bande-son pop-rock ajoutent au dynamisme de ce reportage, très bien raconté.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Irak, destruction d'une nation», documentaire inédit de Jean-Pierre Canet ; (4 x 52 minutes)

ACTION. Plein la vue !

A 21h05 sur France 2. L'équipe « Impossible Mission Force » est dissoute par la CIA et l'agent Ethan Hunt se retrouve isolé alors que le groupe doit affronter le Syndicat, organisation de tueurs vouée à instaurer un nouvel ordre mondial. Hunt s'allie avec Ilsa Faust, une agente britannique révoquée. De l'esprit de la série télé, il ne reste plus grand-chose sinon la capacité des agents très spéciaux à bidouiller toutes sortes d'engins high-tech, ainsi que l'humour dont ils font preuve pour accomplir leurs faits d'armes et, bien sûr, la musique du générique. Mais ce 5e volet, comme les précédents, se caractérise par des séquences d'action pied au plancher qui en mettent plein la vue. Dans ce domaine, la mission est accomplie haut la main.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Mission : impossible, Rogue nation», film d'action américain de Christopher McQuarrie (2015), avec Tom Cruise, Jeremy Renner, Simon Pegg, Rebecca Ferguson… (2h12)