Programme TV du dimanche 21 février : notre sélection

Un magazine passionnant dans les coulisses d’opérations miracles, «Benoît Brisefer», une comédie avec Gérard Jugnot et Jean Reno, Johnny Depp dans «Charlie et la Chocolaterie»… voici notre sélection pour votre soirée télé.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 A découvrir dans «Zone interdite» :  cette maman a bénéficié de la première greffe d’utérus en France.
A découvrir dans «Zone interdite» : cette maman a bénéficié de la première greffe d’utérus en France. Ibar Aibar/Zone interdite M 6/Nova production

MAGAZINE. Quand la médecine fait des miracles

A 21h05, sur M 6. Une femme née sans utérus met un enfant au monde. Une autre, amputée des deux mains et des jambes après une terrifiante erreur médicale, retrouve sa dignité. Un jeune homme de 30 ans, tétraplégique depuis 2015, se déplace et contrôle ses bras par la pensée. Trois histoires incroyables, trois prouesses médicales historiques, filmées au plus près, pendant plusieurs années, par le journaliste Ibar Aibar.

Ce sont les gazouillis d'un minuscule bébé, Misha, née vendredi 12 février à l'hôpital de Suresnes (Hauts-de-Seine) qui cueillent le téléspectateur. Elle a l'air tranquille, cette petite fille. Pourtant, sa venue au monde n'a rien de commun. Sa mère, Déborah, est née sans utérus. Grâce aux équipes du professeur Ayoubi et à une coopération médicale internationale, elle a bénéficié de la première greffe d'utérus en France, en 2019. La donneuse n'est autre que sa propre mère.

Près de Bordeaux (Gironde), Priscilla vit une tout autre aventure. Quelques mois seulement après avoir donné naissance à son troisième enfant, en 2011, elle doit être amputée des deux mains et des jambes. Montagne de courage et de détermination, elle se bat pour retrouver l'apparence d'une vie normale. Grâce au professeur Lantieri, elle a reçu une double greffe de mains, à New York.

À Grenoble (Isère), d'autres médecins et chercheurs français font reculer les frontières de l'impossible. Alors qu'il sort de boîte de nuit, il y a 6 ans, Thibault fait une chute qui le laisse paralysé des bras et des jambes. Grâce à 64 électrodes implantées dans son cerveau et un exosquelette, il parvient désormais à se lever. On se sent petit face à la science, minuscules face à ces femmes et cet homme qui nous donne une véritable leçon d'humilité et de courage.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 5/5

«Zone interdite. Quand les médecins redonnent de l'espoir : dans les coulisses d'opérations miracle», magazine inédit d'Ibar Aibar, présenté par Ophélie Meunier. (1h36)

DOCUMENTAIRE. Dauphins en danger

Beaucoup meurent chaque année, asphyxiés dans des filets de pêche./Winter Productions
Beaucoup meurent chaque année, asphyxiés dans des filets de pêche./Winter Productions  

A 20h50, sur France 5. Les dauphins sont des dizaines de milliers au large des côtes françaises. Beaucoup meurent chaque année, asphyxiés dans des filets de pêche, et notre pays en est le premier responsable en Europe. D'autres s'échouent sur le littoral, avec un triste record atteint en février 2020, 41 cétacés retrouvés morts l e long du littoral atlantique en une seule journée. Or, seulement 10 % des dauphins sont poussés sur les côtes par le courant, la plupart sombrent au fond des mers. Le nombre exact de décès causés par des filets est donc dur à estimer.

Newsletter La liste de nos envies
Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver.
Toutes les newsletters

Morgane Perri, biologiste marine, lutte contre ces pratiques de pêche qui font des dégâts collatéraux très importants. Elle mène également depuis des années un combat contre la captivité de ces animaux, et elle nous plonge dans son quotidien d'activiste. La caméra d'Hugo Clément la suit, livrant des images exclusives, et un documentaire qui se veut engagé.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Sur le front», magazine inédit de Guillaume Dumant, présenté par Hugo Clément. (54 minutes)

COMÉDIE DRAMATIQUE. C'est grave, docteur ?

A 21h05, sur France 2. Après « Hippocrate » (2014) — plongée dans l'univers d'un interne à l'hôpital —, Thomas Lilti, qui a été médecin, reprend les choses à leur commencement en portant à l'écran sa première année en médecine. Aux côtés de William Lebghil, alias Benjamin, Vincent Lacoste (Antoine), présent dans « Hippocrate », reprend du service dans le rôle d'un triple redoublant.

« Première Année » nous plonge sans détour dans le grand bain d'une vocation immédiatement malmenée, où la nécessité d'assimiler des quantités d'informations se solde par un « numerus clausus ». Antoine et Benjamin décident de travailler en commun. Mais Antoine court au burn-out et ne le sait pas…

On est tout de suite capté par cet univers d'amphis et de débrouille où règne une violence sournoise qui se manifeste jusque dans la distribution des polycopiés.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Première Année», comédie dramatique française de Thomas Lilti (2018), avec Vincent Lacoste, William Lebghil, Michel Lerousseau… (1h32)

HUMOUR. Trop fort ce gamin !

«Benoît Brisefer» : une comédie d’aventure rocambolesque à l’esthétique vintage./Nicolas Reitzaum
«Benoît Brisefer» : une comédie d’aventure rocambolesque à l’esthétique vintage./Nicolas Reitzaum  

A 21h05, sur Gulli. Il y a de la graine de Spider-Man chez ce blondinet portant béret, écharpe bleue et veste rouge, qui crapahute de façades en toitures et peut réduire une limousine en tas de ferraille d'une banale pichenette. Mais qui perd ses forces surpuissantes pour peu qu'il s'enrhume et éternue.

Né en 1962 du crayon de Peyo, la star de la BD franco-belge, Benoît Brisefer retrouvait une seconde jeunesse en 2014 grâce à cette adaptation au cinéma. « Benoît Brisefer : Les Taxis rouges » est une comédie d'aventure rocambolesque à l'esthétique « vintage » (l'action se passe dans les années 1960), peuplée de personnages « cartoonesques » incarnés par Gérard Jugnot, Jean Reno, Thierry Lhermitte, Evelyne Buyle, Hippolyte Girardot et le jeune Léopold Huet, casté parmi 300 gamins pour jouer le petit héros.

Avec ses effets spéciaux rigolos, ses décors et costumes aux couleurs pétantes, ses gangsters de pacotille qui se font joyeusement ridiculiser par le marmot, et un Jean Reno très à son affaire dans le rôle du méchant de service, le bandit Poilonez, arborant costard de mafieux et fumant des barreaux de chaise, cette parodie de polar franchouillarde possède un charme délicieusement rétro, auquel les grandes personnes pourraient aussi succomber.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Benoît Brisefer : Les Taxis rouges», comédie française de Manuel Pradal (2014), avec Léopold Huet, Gérard Jugnot, Jean Reno, Hippolyte Girardot… (1h17)

COMÉDIE. Un film à croquer

A 21h05, sur TF1. Si les enfants ne doivent veiller qu'une seule soirée dans l'année, faites en sorte que ce soit ce dimanche soir, pour regarder « Charlie et la chocolaterie ». Sortie en 2005, cette adaptation du roman de l'écrivain britannique (né au Pays de Galles) Roald Dahl par Tim Burton, prône des valeurs essentielles, mais sans aucune niaiserie. Le film gâte les regards avec des couleurs acidulées et plonge le spectateur dans des décors tout à fait appétissants.

Charlie Bucket ne reçoit qu'une gourmandise par an : une plaque de chocolat. Autant dire que ses chances de trouver l'un des cinq tickets d'or glissés dans les emballages par la firme Wonka se réduisent à presque rien. Et pourtant… il gagne le droit de visiter la mystérieuse entreprise avec quatre autres chanceux. Le mystérieux Willy Wonka, joué par Johnny Depp, fait un drôle de guide. Les épreuves se succèdent. La sincérité, associée à la bonté, finira par l'emporter. Un véritable délice !

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Charlie et la Chocolaterie», comédie américaine de Tim Burton (2005), avec Johnny Depp, Freddie Highmore, David Kelly, Jordan Fry… (2h05)

MAGAZINE. Pas détonante, la potion de Cymes

A 17 h 40 sur France 2. Avec son nouveau talk-show, Michel Cymes souhaite proposer « un antidote à nos idées reçues […] sur la santé » et « à la morosité ambiante ». Le médecin du PAF et ses chroniqueurs - une vétérinaire, un kiné, un mentaliste et une comédienne - promettent de la bonne humeur. Mais ça commence mal : distanciation oblige, « nous ne pourrons pas être tous réunis […]. Ce sera une émission de bande à 2 », lance le toubib.

C'est peut-être là que ça pêche. La potion dominicale à base d'expériences - pour savoir si l'on peut faire deux choses en même temps, s'il vaut mieux se gaver de pizzas ou de sodas, ou si la musique change notre perception du goût - a du mal à faire effet. Même si on apprend des infos sur notre dos et des astuces anti-prosopagnosie, trouble affectant ceux qui ne reconnaissent pas les visages.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 2,5/5

« Antidote », magazine français inédit présenté par Michel Cymes, avec Cécile Djunga, Farah Kesri, Major Mouvement, Fabien Olicard... (52 minutes)