Pierre Lescure se raconte dans un documentaire projeté au Festival de Deauville

Le journaliste Maxime Switek, son voisin de bureau à «C à vous», a réussi à convaincre l’ancien PDG de Canal + de raconter sa carrière pour France 5.

 «J’ai été touché qu’un gamin aussi talentueux, bosseur et affectueux soit épaté par mon histoire», confie Pierre Lescure (à dr.) au sujet de Maxime Switek (à g.).
«J’ai été touché qu’un gamin aussi talentueux, bosseur et affectueux soit épaté par mon histoire», confie Pierre Lescure (à dr.) au sujet de Maxime Switek (à g.). DR

Les propositions de documentaire, Pierre Lescure les a toujours rejetées en bloc. Sa vie, ce fils de journalistes recruté à même pas 40 ans pour participer à la création de Canal +, qu'il a dirigé ensuite pendant deux décennies, l'a racontée en 2012 dans « In the baba », son autobiographie. Un livre plutôt qu'une émission, pour l'enfant du rock autant que de la télé. Celui qui préside désormais le Festival de Cannes préfère interroger les artistes qui défilent sur le plateau de « C à vous », où il est chroniqueur, que de se raconter lui. L'intervieweur n'aime pas être interviewé.

Mais Maxime Switek, son ancien voisin de bureau pendant six saisons dans la rédaction du talk-show de France 5, a réussi à le faire changer d'avis. La nouvelle recrue de BFMTV vient de terminer avec le réalisateur Philippe Lézin « Pierre et Lescure », un documentaire de 59 minutes produit par Troisième Œil qui sera diffusé cette saison sur la Cinq.

Tout est parti d'une blague

« Je n'aime pas spécialement raconter ma vie. Il n'y a que Michel Drucker qui prend plaisir à le faire, 36 fois par jour! », plaisante Pierre Lescure, expliquant que tout est parti d'une « blague » sur le plateau de « C à vous ». « Un soir, on m'a demandé de présenter le cuisinier du jour et je n'en avais pas très envie. Maxime m'a proposé de me remplacer, à condition que je lui dise oui à un truc après l'émission. J'ai accepté. Une heure plus tard, il m'a présenté son projet et je suis resté un peu sur le derrière. J'étais touché qu'un gamin aussi talentueux, bosseur et affectueux soit épaté par mon histoire. »

Sous les caméras de Maxime Switek, Pierre Lescure s'est envolé à Los Angeles, où il a dirigé pendant deux ans les mythiques studios Universal. « En retournant dans mon bureau de l'époque, au 14e étage de la Black Tower, je me suis souvenu que quand un de mes interlocuteurs m'ennuyait je levais légèrement les yeux et je regardais s'agiter les dinosaures de l'attraction Jurassic World dans le parc voisin ! » ajoute-t-il. Pierre Lescure promet que Maxime Switek lui a aussi posé les questions qui dérangent, notamment sur la fin de son aventure avec Canal + et des aspects plus intimes de sa vie.

« Pierre et Lescure » sera projeté en avant-première au Festival de Deauville le 5 septembre. « Je suis assez heureux de ça. J'ai beaucoup d'estime pour Bruno Barbe, qui est un des meilleurs directeurs du festival de France. Et c'est aussi une sorte de belle conclusion : en 2002, juste après avoir été écarté de Canal, Deauville m'avait proposé d'être le président du jury, ce qui m'avait beaucoup touché. »