«Le Meilleur pâtissier», mais pas le meilleur masque

Les demi-visières en plastique que portent les candidats de M6 suscitent la polémique. Mais la production se défend d’en faire l’apologie.

 Anaïs, une des candidates de la téléréalité culinaire de M 6, arbore une demi-visière en plastique.
Anaïs, une des candidates de la téléréalité culinaire de M 6, arbore une demi-visière en plastique. M 6/Marie ETCHEGOYEN

« A vos masques… Prêts ? Pâtissez ! », pourrait dire Julia Vignali, à chaque épisode du « Meilleur pâtissier », sur M 6. Et quels masques ! Pour le lancement de la saison 9, mercredi dernier, les téléspectateurs ont découvert les quatorze nouveaux candidats portant une demi-visière en plastique transparente. Démonstration à l'appui.

« Alors là, je mets mon masque, commente face caméra Siham, une étudiante en pharmacie de 23 ans. On est dans une période un peu compliquée. Moi qui suis dans le domaine de la santé, j'en sais quelque chose. » Et la Strasbourgeoise ajoute, en référence au Covid-19 : « On va essayer de protéger Cyril et Mercotte. Et nous protéger nous-même aussi, du coup. »

Une séquence qui en a fait bondir plus d'un. A commencer par le médecin généraliste et écrivain Christian Lehmann : « C'est pitoyable! On ne compte plus le nombre de personnes qui racontent des bêtises sur les masques. D'autant plus quand on sait qu'il y a eu une dizaine de cas de Covid-19 sur le tournage. »

Il y a une semaine, celui-ci a été l'un des premiers à mettre en garde contre « ces fausses protections », disponible sur des sites comme Amazon à 5,30 euros les dix avec pour certains la mention « idéal pour protéger la bouche et le nez des gouttelettes et des aérosols ». « Ça ne protège ni celui qui le porte, ni celui qui se trouve à côté », nous avait alors assuré le docteur Lehmann.

« Le porteur de ces objets s'expose à une amende »

Dans la foulée de cette sortie médiatique, la Direction générale de la Santé avait précisé que « le porteur de ces objets contrevient au port du masque dans les lieux où il est légalement obligatoire » et « s'expose à une amende ». Un message entendu par Mercotte, qui en portait un, il y a quelques jours encore, dans la rue, dans la gare et les supermarchés de Chambéry, où elle habite le reste de l'année?

Voilà en tout cas ce que voudrait éviter Christian Lehmann, après la diffusion du premier épisode du « Meilleur pâtissier », vu par 2,7 millions de personnes. Pour lui, « cela a forcément un effet néfaste, tout comme les visières que porte le public des émissions de Cyril Hanouna (NDLR : Balance ton poste et Touche pas à mon poste; mais le public de TPMP porte un masque depuis mardi soir). »

Côté BBC France, qui fabrique le concours de pâtisseries, on met en avant le fait que le tournage a débuté en juin dernier, donc bien avant les précisions de la DGS. « On ne fait pas l'apologie de ces demi-visières, tempère le producteur Benjamin Férel. Alors que rien ne l'obligeait, c'était pour notre équipe une mesure supplémentaire à toutes les précautions de notre protocole sanitaire, comme le port du masque hors antenne ou les gestes barrière ». La production a également demandé des tests PCR et élargi les plans de travail pour garantir une distance de plus d'un mètre entre les candidats et les jurés, qui changeaient de cuillère à chaque bouchée.

« Les visières ne remplacent en rien les masques chirurgicaux »

A M 6, on a bien conscience qu'il ne faut pas brouiller le message. D'après nos informations, la chaîne compte jouer un peu plus la carte de la transparence en ajoutant, dès ce mercredi soir, un bandeau en début d'émission, stipulant que « les visières permettent de protéger la nourriture. Elles ne remplacent en rien les masques chirurgicaux qui seuls protègent d'une transmission. »

Alors, visière ou pas visière ? La question se pose à présent pour la prochaine saison de « Top chef », qui doit se tourner dans les prochains jours.