«Faute de théâtre, on débarque dans vos salons !» : Kad Merad joue en direct sur MyCanal

Le comédien jouera lundi 15 février en direct de la Michodière la pièce « Amis », sa première mise en scène pour le théâtre. Elle sera diffusée sur MyCanal et le site de CanalVOD dans le cadre d’un dispositif inédit, ouvert à tous, pour 11,99 euros par foyer.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Kad Merad (ici dans sa loge de la salle Pleyel en 2019) s’invite dans votre salon via Canal + avec la pièce « Amis », écrite par Amanda Sthers et David Foenkinos.
Kad Merad (ici dans sa loge de la salle Pleyel en 2019) s’invite dans votre salon via Canal + avec la pièce « Amis », écrite par Amanda Sthers et David Foenkinos. LP/Philippe de Poulpiquet

Au cours de la petite demi-heure d'interview, il répétera la phrase une dizaine de fois. Comme un mantra. « On s'adapte. » Comme d'autres d'artistes privés de public, Kad Merad se lance dans le streaming payant. Ce mercredi, Canal + va annoncer une opération inédite : lundi prochain, la chaîne cryptée diffusera en direct du théâtre de la Michodière (Paris, IIe), via MyCanal et le site de CanalVOD, la pièce « Amis », écrite par Amanda Sthers et David Foenkinos.

Pas besoin d'être abonné à Canal : chacun pourra voir le spectacle moyennant 11,99 euros par foyer. Le comédien y partage l'affiche avec Claudia Tagbo et Lionel Abelanski.

Cette pièce, vous l'aviez lancée le 3 mars dernier. Quelques jours avant le premier confinement…

KAD MERAD. On a dû la jouer une semaine à peine… On a été stoppé en plein vol. Ça marchait très fort, c'était un gros succès qui s'annonçait. Quand ça s'est arrêté, c'est comme si une météorite nous était tombée dessus. On a quitté le théâtre en catastrophe, on a laissé le décor qui n'a pas bougé depuis… On ne pensait pas que ça allait durer aussi longtemps.

C'est votre première mise en scène au théâtre

Et dernière, donc (rires). C'est une pièce très drôle, j'ai de super partenaires, on a pris un plaisir immense à la monter. Trois fois, on a pensé la reprendre, trois fois, feu rouge à la dernière minute. A chaque fois, il faut désapprendre et réapprendre la pièce, c'est comme repasser sur un tableau, on refignole, il y a une couleur à rajouter, un trait à affiner.

La reprise va se faire sur Internet. Qu'est-ce que ça change ?

Comme les gens ne peuvent plus aller au théâtre, c'est nous qui débarquons dans vos salons! Les spectateurs vont se retrouver comme s'ils étaient dans la salle, à toutes les places qu'ils veulent. Il y aura un gros dispositif avec Canal, qui a l'habitude avec le sport. La valeur ajoutée, c'est toutes les caméras qui vont traîner dans les coulisses, capter les changements de décors… Mais c'est la télé qui s'adapte au théâtre, pas l'inverse.

Newsletter La liste de nos envies
Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver.
Toutes les newsletters

C'était important que ce soit en direct ?

C'est ce qui me plaît le plus. Les imperfections, les incidents, les gens adorent ça, ils vivent le moment avec vous, ils ont le tract avec vous. Ça va être impressionnant à vivre, j'aimerais être à votre place (rires).

Quel sentiment prédomine un an après le début de la crise sanitaire ?

On s'adapte… On cherche un moyen de faire notre métier, c'est un besoin vital dans un pays où la culture est tellement vivace. Ça suscite d'autres idées, d'autres projets. La pièce en live stream, ça va peut-être ouvrir une brèche. En attendant, c'est un moyen, aujourd'hui, de continuer à jouer, travailler, créer.

Vous aviez aussi un projet de reprises musicales. Il est mis entre parenthèses ?

On a une bonne dizaine de musiciens sur scène sur ce spectacle. Je ne laisserai jamais tomber, ni mes camarades, ni mon idée, ni mon envie. On peut imaginer un concert en live stream ou un enregistrement…

Vous avez participé à l'enregistrement des Enfoirés. A quoi ça va ressembler ?

On a tourné à Lyon, dans la halle Garnier, vide. Plutôt qu'un concert de 5 heures d'un bloc, on a filmé des morceaux, des sketchs. J'ai vu le résultat, c'est super, c'est un très beau programme qui va permettre de vendre des CD et des DVD au profit des Restos du cœur. Ils en ont vraiment plus que jamais besoin.

Et le cinéma ?

Je reprends le 8 mars, je tourne au Maroc « Citoyen d'honneur », de Mohamed Hamidi, le réalisateur de La Vache. Ça va être un très beau film que vous verrez… un jour (rires).

Vous allez aussi tourner une comédie sur la fin de vie, dirigé par Enya Baroux, la fille d'Olivier, votre acolyte de toujours…

C'est ma filleule, ça m'a beaucoup ému quand elle m'a fait lire son script, magnifique. Elle parle de sa famille, c'est assez intime, mais aussi très beau, très drôle. Souvent, les thèmes les plus dramatiques sont ceux qui font le plus rire. Elle était très proche de sa grand-mère, personnage central du film, que je connaissais bien vu que c'est la maman d'Olivier. Comme je vais jouer son fils, quelque part, c'est une façon de dire que je vais jouer Olivier. C'est pas un portrait de lui, c'est un personnage. Mais ça plaît beaucoup aux journalistes, alors je ne démens pas (rires)!

« Amis », pièce d'Amanda Sthers et David Foenkinos, mise en scène par Kad Merad, avec aussi Claudia Tagbo et Lionel Abelanski. Lundi 15 février à 20h30 en live stream sur MyCanal et le site CanalVOD. Tarifs : 11,99 euros par foyer. Billetterie à partir de jeudi. Durée : 1h20.