«Balance ton post» : pourquoi Mélenchon ne veut pas de Naulleau

Invité de Cyril Hanouna ce jeudi sur C8, le leader de La France Insoumise a exigé qu’Eric Naulleau ne soit pas en plateau au même moment.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 «Tous les chroniqueurs seront là, sauf un. Jean-Luc Mélenchon n’a pas souhaité qu’Eric Naulleau soit là. C’était sa seule condition, on lui demandera pourquoi», précise Cyril Hanouna.
«Tous les chroniqueurs seront là, sauf un. Jean-Luc Mélenchon n’a pas souhaité qu’Eric Naulleau soit là. C’était sa seule condition, on lui demandera pourquoi», précise Cyril Hanouna. LP/Frédéric Dugit

« Certains me disent : Comment vous pouvez aller là ? Moi, je vais où je rencontre du monde. Je n'ai pas d'a priori. D'ailleurs, le premier politique qui a été dans une émission de Cyril Hanouna, c'est moi, il y a deux ou trois ans (NDLR : en mai 2013, sur le plateau de « Touche pas à mon poste »). » Ces propos sont ceux de Jean-Luc Mélenchon dans une vidéo postée sur Twitter, ce mardi. Il y fait la promotion de sa participation au prochain « Balance ton post », programmé ce jeudi soir à 21h15 sur C8.

Un joli coup pour Cyril Hanouna, qui doit affronter une rude concurrence. « Face au débat entre Gérald Darmanin et Marine Le Pen sur France 2, il nous fallait absolument une tête d'affiche. Et on a trouvé Mélenchon », se réjouit un proche de l'animateur-producteur de C8. Mais à quel prix? S'il n'a « pas d'a priori », comme il dit, le leader de La France Insoumise a des conditions. Avec son équipe, c'est lui qui a, par exemple, validé quels chroniqueurs seront en plateau : Yann Moix, Laurence Sailliet, Karim Zeribi, Agathe Auproux, Bernard Laporte, Geoffroy Lejeune ainsi que l'ex-LFI Raquel Garrido. Et qui n'y seront pas.

C'est comme ça qu'Eric Naulleau s'est retrouvé sur la touche. Contrairement à d'habitude, celui-ci n'était pas prévu sur la première séquence, consacrée au candidat à la présidentielle 2022 qui interviendra sur la loi séparatisme, les violences policières, la gestion du Covid, le pouvoir d'achat et la VIe République. Une demande exceptionnelle que Cyril Hanouna, sachant que l'information allait fuiter, a officialisée sur Twitter : « Tous les chroniqueurs seront là, sauf un. Jean-Luc Mélenchon n'a pas souhaité qu'Eric Naulleau soit là. C'était sa seule condition, on lui demandera pourquoi. » Le complice d'Eric Zemmour depuis « On n'est pas couché » doit tout de même prendre les commandes de la seconde partie, mais une fois Jean-Luc Mélenchon parti et pour traiter de la vague… de froid.

Des tensions en interne

« Pas étonnant, Naulleau passe son temps à taper sur La France Insoumise, glisse un de ses camarades d'antenne. Ce qui me choque, c'est qu'Hanouna ait donné son accord. C'est n'importe quoi comme demande, mais ce n'est pas mieux de laisser faire Mélenchon. » En interne, ces exigences ont causé des tensions. « Naulleau a raison d'être en colère, assure un habitué des plateaux de C8. Jean-Luc Mélenchon est dans une période où il veut apparaître calme. Mais là, on lui déploie le tapis rouge. Sans vrai contradicteur. » Et un autre d'ajouter : « Eric Naulleau s'en remettra. De même que Raquel Garrido s'en est remise quand elle n'était pas conviée face aux ministres de La République en marche. » Voilà pour l'ambiance.

A H20, qui fabrique « Touche pas à mon poste » et « Balance ton post », on assurait pourtant encore ce jeudi matin que « Mélenchon n'a posé aucune condition à sa venue, à part le nombre de personnes de son entourage sur place » et qu'Eric Naulleau n'a « jamais été en colère ». Quant à sa présence ou non à l'antenne, Lionel Stan, le directeur général de la société de production, répétait en boucle : « Regardez C8 à 21h15, vous verrez bien ! » Côté Mélenchon, on renvoyait aussi la balle à Cyril Hanouna : « Pour ce qui est des chroniqueurs, c'est du ressort de la production. » Egalement contacté, Eric Naulleau n'a pas répondu à nos sollicitations.

En octobre, Mélenchon avait déjà posé ses conditions à sa participation à « Vous avez la parole » sur France 2. Une heure avant l'émission, il avait demandé qu'Olivier Véran quitte le plateau pour ne pas avoir à débattre avec lui. Ce que n'avait pas accepté le service public, comme l'avait expliqué à l'antenne Léa Salamé et Thomas Sotto. « C'est une condition dont il n'a jamais été question, a précisé ce dernier. On a établi des règles très claires avec lui. Il est évident que nous gardons la maîtrise éditoriale de l'émission. »