Téléthon, hôpitaux... : les artistes multiplient les actions solidaires

Les artistes ont du cœur. Chanteurs, acteurs, humoristes le prouvent ces temps-ci à travers de nombreuses initiatives solidaires. Tour d’horizon des récents projets.

 -M-, Louise Bourgoin, Vincent Dedienne, Marina Foïs et Manu Payet font partie des célébrités qui participent à des actions de solidarité.
-M-, Louise Bourgoin, Vincent Dedienne, Marina Foïs et Manu Payet font partie des célébrités qui participent à des actions de solidarité. LP/Frédéric Dugit ; Philippe Lavieille ; Jean-Baptiste Quentin; Olivier Lejeune

Parce qu'un petit coup de pouce peut changer une vie. Parce que la notoriété permet parfois de soulever des montagnes. Pourquoi s'en priver? Alors que la crise du Covid-19 se poursuit, donnant une triste couleur à cette fin d'année 2020, les artistes se révèlent militants et se mobilisent pour venir en aide aux plus fragiles. Les initiatives se multiplient. Sur tous les terrains, chanteurs, humoristes, acteurs se retroussent les manches et s'engagent pour une cause qui leur tient à cœur.

Il y a par exemple Anne Roumanoff, qui a créé l'association Solidarité Soignants dès le début de l'épidémie. Depuis, elle passe bon nombre de ses après-midi à chercher du matériel pour équiper les soignants dans les hôpitaux.

Il y a quelques jours, Julien Doré lançait une cagnotte au profit les sinistrés de la tempête Alex dans les Alpes-Maritimes. Une vingtaine de personnalités comme Adjani, Goldman, Angèle ou encore Teddy Riner, séduits par le projet, ont fait don d'objets personnels. Ce vendredi 27 novembre, un gala parrainé par André Manoukian au profit des victimes arméniennes du conflit sanglant, dans le Haut-Karabakh, sera diffusé sur Dailymotion. Parmi les participants? Alex Vizorek, Patrick Fiori, Élodie Frégé ou Mathieu Madénian.

On n'oublie pas non plus « Jours de gloire », cet album de textes emblématiques de la République à la gloire de l'éducation et du droit des femmes, lus par des personnalités comme Louis et Matthieu Chedid, Oxmo Puccino ou Sabrina Ouazani. On pourrait citer beaucoup d'autres exemples. Et ces actions mettent du baume au cœur dans un quotidien bien morne. Parce que nos artistes, on les aime encore plus quand ils sont engagés.

Une tombola pour gagner la redingote rose de -M-

La redingote créée par agnès b. et portée par Matthieu Chedid sur la pochette de l’album «Qui de nous deux» est à gagner./Warner Music
La redingote créée par agnès b. et portée par Matthieu Chedid sur la pochette de l’album «Qui de nous deux» est à gagner./Warner Music  

Lors du premier confinement, les trois jeunes femmes à l'initiative de la tombola « Stars solidaires » avaient récolté 1,7 million d'euros au profit des soignants. Elles renouvellent cette fois l'opération pour le Téléthon. Plus d'une centaine de lots, dont de nombreuses œuvres de plasticiens, sont mis en vente sur la plate-forme « Stars Solidaires » (stars-solidaires.com), au tarif de 10 euros. Un tirage au sort déterminera les gagnants le 5 décembre.

« Le Téléthon nous a contactés par le biais de Laura Tenoudji, journaliste à France Télévisions. Elle avait adoré notre idée de lever des fonds avec une tombola en avril. C'est une année difficile pour les associations à cause du Covid-19. Ils ont besoin d'initiatives comme celle-ci », souligne Natacha Benabou, à l'origine de l'événement solidaire.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Parmi les pépites à gagner lors de cette deuxième édition, une sa superbe redingote rose dessinée par agnès b. pour le chanteur -M-, le dessin original du dernier album de Carla Bruni, deux places pour le spectacle de Gad Elmaleh à apprécier avec une coupe de champagne, ou une journée de tournage que Louise Bourgoin vous invitera à passer avec elle. « Marion Cotillard cherche également son don », complète Natacha Benabou. Et la liste des lots est loin d'être close. Vous êtes fan de la série de Netflix « le Jeu de la dame? » Vous pourrez peut-être gagner une masterclass avec le numéro 2 mondial d'échecs. Pour les amateurs de cuisine, le chef Jean-François Piège met en jeu « 40 minutes de conseils culinaires ». Quant à Stéphane Bern, il conduira carrément une visite privée du château de Chambord.

Deux mélomanes pourront remporter un moment privilégié avec le musicien Gautier Capuçon et sa classe de violoncelle. « Ils viendront dans l'intimité de notre laboratoire de travail en février. Je leur présenterai les jeunes et ils seront libres de rester en qualité d'observateurs toute une après-midi. Je trouvais que c'était une bonne idée. Un billet de concert s'achète, mais pas une immersion en coulisse », s'anime le musicien, ravi de participer à « cette cause qui le touche ».

Certaines personnalités effectuent un beau geste pour la deuxième fois. En avril, Frédéric Beigbeder avait déjà donné un lot où il proposait de boire un verre avec lui. Chose promise, chose due. L'écrivain a bu des mojitos cet été avec un certain Victor. « Dans ce café, il y avait une fête. Je lui ai présenté un des deux artistes du groupe Daft Punk. Il était très content. Il pensait gagner un simple verre avec un écrivain, finalement il a eu beaucoup mieux », s'amuse-t-il. Cette fois, l'heureux gagnant repartira avec un rôle dans son prochain film, une adaptation de son roman « l'Homme qui pleure de rire ». L'actrice Marina Foïs, passionnée de mode, offre un sac Louis Vuitton.

Mais une grande partie des prix de la tombola est aussi constituée de productions signées de plasticiens connus. « On voulait soutenir la culture. Certaines œuvres, comme un tableau de Brainwash ou une sculpture de Richard Orlinski, valent jusqu'à 70 000 euros. On a aussi une représentation du personnage Mister Dob de Murakami », détaille l'organisatrice.

Côté sportifs, Killian MBappé propose lui une invitation à un match au Parc des Princes dans sa loge privée et à le rencontrer à l'issue de la rencontre. Et Tony Parker offre son maillot des Spurs.

La dictée confinée de Vincent Dedienne

Le comédien Vincent Dedienne lira en ligne une dictée confinée jeudi 26 novembre au profit de la Fondation des Hospices civils de Lyon./DR

Une diction claire et précise, élégante, un phrasé agréable, un ton gentiment moqueur, souvent, Vincent Dedienne mettra tout son savoir-faire ce jeudi à jouer son Bernard Pivot. À 11h30, il sera le lecteur de la « Dictée confinée #2 » de White Mirror, une agence de communication lyonnaise. Confinée et solidaire, puisque la société reversera 5 euros par participant à la Fondation des Hospices civils de Lyon.

Tout part d'une habitude de bureau, de ces petits riens qui font beaucoup pour la cohésion des équipes. Au sein de l'agence, c'est une dictée de temps en temps le midi, instaurée par la fondatrice, Jane Fiori, de formation littéraire. Le confinement n'aura pas mis fin à la pratique, transférée en ligne entre deux apéros zoom et autres jeux pour garder le contact. Mieux, elle a été ouverte à l'extérieur, aux contacts, proches et clients. C'était le 6 novembre et elle a réuni 70 personnes.

« On s'est dit qu'on pourrait donner un peu plus d'écho à cette dictée et la rendre utile, raconte Nicolas Guillemot, cofondateur de l'agence. Nous sommes des mégas privilégiés à White Mirror, la crise nous a épargnés et on a pensé qu'on pouvait joindre l'utile à l'agréable et être solidaires. » Avec les hôpitaux de la région, en première ligne.

Ne manquait plus que le levier médiatique pour populariser l'événement. Il demande alors à Vincent Dedienne « au culot sur les réseaux sociaux ». Qui accepte. « Pendant ces deux confinements, je n'ai pas du tout eu envie de faire des trucs sur les réseaux sociaux, des lives ou autres, comme beaucoup. En plus, ce ne sont pas des outils que je maîtrise très bien, explique ce dernier. Mais une dictée, ça m'amusait, d'autant que c'est pour la bonne cause. Et le principe est génial, c'est gratuit et 5 euros sont reversés aux hôpitaux de Lyon. Franchement, il aurait fallu être un sombre abruti pour dire non ». D'autant que le comédien, l'avoue, il aime l'exercice. « Ça ne va pas me donner une image plus rock'n'roll, mais j'adore les dictées, poursuit-il en rigolant. Je faisais toutes celles de Pivot. »

« J'adore l'orthographe, en fait, j'adore quand c'est un sans-faute, mais aussi quand il y a plein de fautes… André Breton disait qu'il n'y a rien de plus émouvant qu'une lettre d'amour criblée de fautes, ajoute-t-il. C'est comme un jeu pour moi. » Depuis, il a reçu le texte qu'il lira – rédigé par une ancienne prof de lettres de Jane Fiori – et prévient : « Pour corser un peu, je vais rajouter deux trois conneries pour que ce soit marrant ».

Pour participer à la dictée, il suffit de s'inscrire ici, et de suivre, ensuite, le lien reçu pour se connecter jeudi à 11h30. « Nous l'avons a priori plafonnée à 1000 participants, l'idée ce n'est pas de couler la boîte », s'amuse Nicolas Guillemot. A priori, si l'opération rencontre un grand succès, « on cherchera des partenaires et des relais pour financer », précise-t-il. Mardi après-midi, 928 personnes s'étaient déjà inscrites…

Manu Payet offre le resto à la maison

Sur Virgin Radio, Manu Payet vient en soutien aux restaurateurs./LP/Jean-Baptiste Quentin
Sur Virgin Radio, Manu Payet vient en soutien aux restaurateurs./LP/Jean-Baptiste Quentin  

Trente pizzas, cinquante kebabs, cinq menus avec salade à la brousse de brebis, moules frites et banane flambée, des « tartines effiloché de souris d'agneau et crème de polenta aux tomates confites »… Chaque matin depuis le 4 novembre, Manu Payet et sa bande régalent les fidèles de Virgin Radio. Baptisée « Virgin Ton'eat » en écho à « Virgin Tonic », le titre de la matinale (du lundi au vendredi, de 7 heures à 11 heures), l'opération propose à des auditeurs de commander des repas dans des restaurants, puis de les récupérer sur place ou de se les faire livrer… Aux frais de Virgin Radio.

Le principe ? Les auditeurs peuvent appeler au 3916 en donnant le nom du restaurant qui les tente. Mais les restaurateurs peuvent aussi contacter ce numéro pour proposer leurs menus. « Le 28 octobre, quand on a appris que nos amis restaurateurs devaient une nouvelle fois mettre les chaises sur les tables, je me suis dit On a un outil de fou sous la main : soyons utiles ! » raconte Manu Payet. Alors le vibrionnant animateur a remplacé le jeu que la station s'apprêtait à lancer par « Virgin Ton'eat ». « L'objectif, c'est que celui qui nous écoute chez lui ou depuis sa voiture se dise Et si moi aussi j'allais acheter mon repas au resto ? » glisse l'animateur.

A l'antenne, celui qui a retrouvé la radio à la rentrée quinze ans après avoir quitté NRJ se délecte lorsqu'il entend ces cuistots de Pontivy, du Chesnay, de Tours ou d'Annecy détailler leurs meilleures recettes. « Je suis un bouffeur, un bon vivant, un kiffeur du moment », précise Manu Payet. Sa spécialité à lui, qui est né à Saint-Denis de la Réunion il y a 44 ans ? Le rougail saucisse. Mais il y a quelques jours, dans les studios de Virgin, il a partagé une raclette avec ses camarades à 11 heures du matin. Et quand on lui demande jusqu'à quand durera « Virgin Ton'eat », il lâche : « Jusqu'à ce que le monde aille mieux ».