Vacances de la Toussaint : comment profiter des parcs d’attractions

Conditions sanitaires obligent, les parcs à thème ont dû abaisser leur jauge. Résultat, des temps d’attente considérablement réduits et un confort accru. Reportages.

 Avec les baisses de fréquentation, les files d’attentes dans les parcs d’attraction se réduisent.
Avec les baisses de fréquentation, les files d’attentes dans les parcs d’attraction se réduisent. LP/Philippe Lavieille

Les parcs d'attraction, fermés pendant le confinement, ont rouvert progressivement cet été. Jauge réduite, protocole sanitaire strict... les parcs ont mis en place de nombreuses mesures pour profiter des grand huit en toute sécurité. Ce calme relatif permet ainsi de se balader tranquillement dans les allées de ces parcs d'attraction. Voici une sélection de cinq lieux où aller faire le plein de sensations fortes pendant ces congés d'automne.

Parc Astérix : Filotomatix, le nouveau héros qui réduit l'attente

 Oziris, attraction phare du parc, affiche un temps d’attente considérablement réduit./LP/Philippe Lavieille
Oziris, attraction phare du parc, affiche un temps d’attente considérablement réduit./LP/Philippe Lavieille  

« On réserve où alors, après ? » Dans les allées du Parc Astérix, à Plailly (Oise), c'est fou le nombre de visiteurs à répéter la même question, visage penché sur le portable. Le responsable a un nom : Filotomatix, un système de « file d'attente virtuelle », mis en place début août et déjà presque aussi incontournable ici qu'Astérix ou Obélix. Cette application permet, voire oblige pour certains manèges, à réserver son heure de passage. Son installation a été accélérée par la crise du Covid afin d'éviter les files d'attente. Et ça marche. « Le maximum, ça a été 5 minutes d'attente. C'est impeccable », estime Eyal, un Francilien de 31 ans.

Même constat à la sortie d'Oziris, une des attractions phares du parc, où les temps d'attente pouvaient atteindre une heure en temps normal : 15 minutes pour Marine ce jour-là. « À ce rythme, on va pouvoir faire tout ce qu'on voulait dans la journée », se réjouit la Parisienne de 26 ans. Bien sûr, Filotomatix n'est pas la seule potion magique qui a permis de réduire par 3 ou 4 le temps d'attente. Avec la crise du Covid, la fréquentation a baissé de 30%, en moyenne, et le Parc s'est fixé une jauge maximale à 15000 visiteurs. Même avec l'attrait des attractions spéciales Halloween qui viennent de démarrer, les manèges sont beaucoup plus accessibles. « C'est vraiment plus agréable », souffle Deborah, 49 ans, du Val-de-Marne, qui a pu faire six attractions en trois heures.

Le coup de cœur d'Ambroise, 10 ans : Oziris, un grand huit à sensations. « Je fais juste 1,30 m (NDLR : la taille minimale) ! Moi, ça ne me fait pas peur. En descendant, on se sent tout léger, apaisé. Un peu comme si on avait volé… »

Renseignements : à partir de 39 euros. Tarif parking : 15 euros. Ouvert tous les jours de 10 heures à 19 heures pendant les vacances. Plus d'infos ici

Disneyland : beaucoup plus calme

Dans le parc qui se prépare à fêter Halloween, les allées sont beaucoup plus clairsemées./Disneyland Paris
Dans le parc qui se prépare à fêter Halloween, les allées sont beaucoup plus clairsemées./Disneyland Paris  

Une jauge limitée à 25000 personnes contre plus de 40000 en moyenne. Si l'on n'échappe pas à la longue file à l'entrée du parc — sauf à faire partie des tout premiers arrivants — une fois au pays de Mickey, à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne), l'absence de foule compacte dans les allées du parc déjà paré des couleurs d'Halloween se ressent immédiatement. Tiago et Paul ne lâchent pas leur portable. Les deux lycéens surveillent les temps d'attente et sont prêts à piquer un sprint à travers le parc pour faire le moins de queue possible. « Il y a deux fois moins de monde à cause du Covid, mais ils ne remplissent pas les attractions donc il faut savoir ruser, sinon ça peut être l'enfer », rigole Paul, de Boulogne (Hauts-de-Seine). « 55 minutes pour Space Mountain, c'est peut-être moins qu'une heure trente en temps normal mais ça reste trop », râloche Tiago.

D'autant qu'un de ses amis est venu un jour de semaine et « il a attendu 20 minutes maximum le veinard », ajoute le garçon, un brin jaloux. « C'est vrai que le temps d'attente reste l'éternel problème, mais on ne vient pas que pour les jeux, on vient aussi à Disneyland pour l'ambiance et sa magie », reconnaît Paul. Venu avec Laura, sa fille de 6 ans, il apprécie la situation. « C'est beaucoup plus calme et tellement moins abrutissant. Je vais y prendre goût », rigole-t-il. Si elle sautille de joie, Laura est, elle, « un peu triste » car il n'y a pas la parade. « C'est presque ce que je préfère mais ce n'est grave, ajoute la blondinette, papa m'a promis qu'on y retournerait quand on aura plus la maladie du masque. »

Le coup de cœur de Théo, 11 ans : Space Mountain « Il y a deux ans, j'étais trop petit, mais cette année, j'ai pu le faire avec ma sœur. C'est la plus belle attraction de ma vie, j'étais vraiment dans l'espace. »

Renseignements : Ouvert tous les jours pendant les vacances de 9h30 à 20 heures. Tarifs : à partir de 82 euros. Plus d'infos ici

Zoo de Vincennes : les lions rien que pour nous

Les animations avec les animaux ont été annulées, protocole sanitaire oblige./LP/Delphine Goldsztejn
Les animations avec les animaux ont été annulées, protocole sanitaire oblige./LP/Delphine Goldsztejn  

Il existe de petits moments magiques qui, en ces temps tourmentés, font un bien fou. Comme ces deux somptueuses lionnes, un samedi matin ensoleillé d'automne, s'étirant, le regard coquin devant quelques enfants bouche bée de les voir de si près. « C'est la magie du zoo de Vincennes (Paris, XIIe), s'emballe Isabelle, une habituée des lieux venue avec Théo, 6 ans. On a une chance folle, les animaux sont tous sortis et ils semblent même heureux de nous voir, c'est peut-être à cause du Covid. » Les allées sont bien calmes. Sur près de 15 hectares, le parc zoologique de Paris, qui a fait peau neuve il y a six ans, est une invitation au voyage. Afrique, Europe, Amazonie, Patagonie, plus de 20000 espèces y vivent.

Bretons en escapade à Paris avec leurs deux filles de 10 ans, Paul et Virginie n'en reviennent pas. Ils sont seuls devant le bassin des otaries, ces demoiselles leur offrant un ballet nautique rien que pour eux. « Elles dansent toutes les trois en même temps, elles sortent la tête de l'eau et plongent, elles sont trop jolies », trépigne de joie Marylou. Avec la crise sanitaire, aucune attraction avec les animaux n'est prévue, elles font donc la leur, dans leur coin.

Pour les vacances, Halloween oblige, les espèces qui ont inspiré des créatures fantastiques comme les lamantins pour les sirènes, les loups pour les loups-garous ou les ibis pour les dieux égyptiens seront mis à l'honneur. Une grande parade de créatures chimériques !

Le coup de cœur de Tom, 11 ans : les serpents. « Je me suis cru dans Harry Potter quand le serpent est venu vers moi. C'est fou, ils dorment normalement mais là, la belle vipère orange m'a même regardé en sortant sa petite langue ».

Renseignements : ouvert tous les jours pendant les vacances de 10 heures à 17 heures. Tarifs : de 15 à 20 euros. Plus d'infos ici

La Mer de sable : c'est fluide !

Le parc fait la part belle aux attractions destinés aux tout petits, dès 3 ans. /LP/ Valentine Rousseau
Le parc fait la part belle aux attractions destinés aux tout petits, dès 3 ans. /LP/ Valentine Rousseau  

Cap sur Ermenonville, dans l'Oise, où la Mer de Sable brille sous un soleil dominical. Destination idéale pour les 3-11 ans mais aussi pour les parents amateurs de grands espaces type far west, le lieu accuse une baisse de fréquentation de 30% par rapport à la même période en 2019. Ceux qui font le déplacement en profitent pleinement.

Quel bonheur de pas faire une seule fois la queue dans les manèges des petits, dix attractions à partir de 90 cm. Jugez plutôt : 20 tours, trois spectacles et une bonne heure dans deux aires de jeux pour une journée sans se presser. La chance devient routine, on enchaîne les tours sans descendre dans de nombreux manèges.

« On vient tous les ans, on n'a jamais vu aussi peu de monde », apprécient Habi et Freddy, de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Le couple a réveillé ses enfants de 6 et 11 ans pour leur faire la surprise. Ils ont bondi de joie. « On aime ce parc tranquille, il y a trois semaines, nous sommes allés à Disney, on a fait une heure de queue à Star Wars », compare Habi.

« Je suis agréablement surprise par l'ouverture de tous les manèges et le maintien des spectacles », souligne Alexia, une jeune maman qui a beaucoup aimé la nouvelle animation de contes magiques. Citrouille sur le gâteau : le parc n'a pas lésiné sur la décoration Halloween, riche et soignée.

Le coup de cœur de Mendel, 8 ans : Palmito. « J'aime tout ici. La sensation de chute comme dans un ascenseur à Palmito, c'est génial ! Je l'ai fait trois fois. ».

Renseignements : ouvert du mercredi au dimanche, de 10 heures à 18 heures. Tarifs : de 22 euros à 27,50 euros. Uniquement sur réservation. Plus d'infos ici

Jardin d'acclimatation : files d'attente riquiqui

Au Jardin d’acclimatation, le masque est obligatoire dès 11 ans./LP/ Paul Lemaire
Au Jardin d’acclimatation, le masque est obligatoire dès 11 ans./LP/ Paul Lemaire  

Au téléphone, la veille, on nous avait assuré que la fréquentation du parc était « normale ». Mais ce samedi, à 15 heures, aucune attente à l'entrée du Jardin d'acclimatation (Paris, XVIe). À la première attraction, « la Rivière enchantée », on attend moins de six minutes avant de monter dans une barque qui glisse entre des pelouses où se côtoient vrais canards et faux dinosaures. Le reste est à l'avenant. On accède aux « Side-cars », manège où l'on décolle sur des deux-roues au design rétro, en à peine 3 minutes…

Aux « Gondoles », manège qui simule le roulis d'un bateau en marche avant puis arrière, pas plus de 4 minutes, tout comme aux « Bateaux volants », au « Petit carrousel » ou aux « Sauterelles ». On y prend goût, alors forcément on remarque que ce temps grimpe un peu pour les montagnes russes ou le « Kinétorium » (sorte de jeu vidéo qu'on pratique juché sur une moto), sans excéder 10 minutes. Ah si ! « Record » battu devant la volière interactive, gratuite, où l'on patiente 15 minutes.

Autour de chaque attraction, du gel hydroalcoolique et des pancartes rappelant les consignes : masque obligatoire dès 11 ans, lavage des mains et distance de 1,5 m entre les visiteurs. Si les distances ne sont pas respectées dans les files, le port du masque l'est. « On est en extérieur, souligne Anouchka, 40 ans, venue avec son mari et leurs filles. Et pour les enfants, c'est moins dangereux que l'école… Venir ici en ce moment, c'est un bon plan. Enfin, tant qu'il ne fait pas trop froid ! »

Le coup de cœur de Melvil, 8 ans : les Speed Rockets « La Machine à vapeur, mais surtout les Speed Rockets. C'était génial, ce grand 8 en fusée, j'avais l'impression que ma tête allait se décrocher. Mais pour y accéder, il faut deux tickets ! »

Renseignements : ouvert tous les jours pendant les vacances de 10 heures à 18 heures. Pass Jardin illimité : 30 à 35 euros. 19 euros pour une entrée avec 8 tickets pour les attractions ou 5,20 euros pour une entrée seule et 3 euros par ticket. Plus d'infos ici.