Spectacles en famille : trois bonnes raisons d’aller voir «Pirates» aux Folies-Bergère

La comédie musicale «Pirates : le destin d’Evan Kingsley», coproduite par Christophe Lambert, débute ce dimanche 18 octobre aux Folies-Bergère.

 Des personnages originaux, une mise en scène moderne et inventive, «Pirates» aux Folies-Bergère (Paris IXe) ravira petits et grands.
Des personnages originaux, une mise en scène moderne et inventive, «Pirates» aux Folies-Bergère (Paris IXe) ravira petits et grands. Pirates

« Pirates : le Destin d'Evan Kingsley » démarre le 18 octobre aux Folies-Bergère. Un spectacle à savourer en famille pendant les vacances de la Toussaint. Voici trois raisons d'aller l'applaudir.

1. Un scénario original. Plutôt frêle et naïf, Evan rêve de devenir pirate. Il va parvenir à s'imposer après une formation auprès d'un maître d'armes et s'embarquer… Mais au bout de la quête, le trésor n'est pas forcément d'or. Les comédies musicales jeune public sont souvent adaptées de romans ou de contes (« Tom Sawyer », « Petit Ours brun », « le livre de la Jungle »…). Le spectacle « Pirates », lui, est né de l'imagination de Julien Safar, qui a plaqué son activité de vendeur, il y a trois ans, pour se lancer dans la comédie et le chant. Il a présenté le synopsis à son frère Samuel, compositeur de musique, aussitôt emballé par l'idée. Manquait un dernier étage à la fusée : les deux frangins ont séduit Christophe Lambert. Le célèbre comédien, qui cherchait à coproduire une comédie musicale, a été « touché par cette aventure humaine, teintée de passion et de détermination ».

2. Les messages transmis. Julien Safar a eu « envie de défendre des valeurs » en s'attaquant au monde « très misogyne » des corsaires. La piraterie surfe sur une vague de modernité, évoque l'homosexualité et offre des personnages d'héroïnes très fortes. A l'image de Kerla, la pirate guerrière qui part à l'assaut des autres navires. Ou d'Anne, qui combat dans la discrétion en voulant égaler les hommes. Elle qui était prédestinée à devenir « fille de joie ou ménagère » est bien décidée à ne plus jamais laisser les préjugés voler sa liberté. Quant au héros, Evan, il n'a, sur le papier, rien pour parvenir à son but. Un physique frêle, pas de moyens. « Mais il réussit grâce à sa conviction, sa ténacité, apprécie Christophe Lambert. Quel que soit l'âge, il ne faut pas oublier ses rêves et mettre tout en œuvre pour les accomplir. C'est la chose la plus importante dans la vie. »

3. Une mise en scène 2.0 très moderne. Au fond de la scène, sur grand écran, le show s'ouvre par un générique de cinéma. Evan est sur scène, mais aussi en petit personnage sur l'écran dans ses séances d'entraînement à l'épée. Le spectacle mêle ainsi projections et vrais décors sur scène, comme ce comptoir de bar ou le navire, avec son gouvernail. La mise en scène est très rythmée, les comédiens toujours en mouvement. Les danses sont impeccables, la coordination aussi, même quand il s'agit d'entonner une chanson à huit. Le tout porté par de belles voix. Et une bonne dose d'humour.

« Pirates ». A partir de 4 ans, du 18 octobre au 29 novembre, aux Folies-Bergère, 32 rue Richer (Paris IXe). Tarifs : De 13 à 43 euros. Plus d'infos ici