«Pompéi», «Pierres précieuses»... 5 expos à voir en famille pendant les vacances à Paris

Pierres précieuses, ponts gigantesques, Pompéi, photos anciennes de Paris, araignées fascinantes… Voici notre sélection d’expositions.

 Au Grand Palais (Paris XVIe), on voyage dans le temps grâce à une exposition sur Pompéi.
Au Grand Palais (Paris XVIe), on voyage dans le temps grâce à une exposition sur Pompéi. LP / Arnaud Journois

La capitale regorge d'expositions en ce moment dont certaines sont idéales pour des visites en familles. Nos bonnes adresses pour ces congés de la Toussaint.

Gare aux araignées au Musée en herbe

Des araignées tissent leur toile au Musée en herbe (Paris Ier)./Musée en herbe
Des araignées tissent leur toile au Musée en herbe (Paris Ier)./Musée en herbe  

Les araignées envahissent le Musée en herbe (Paris, Ier), à côté des lucioles phosphorescentes et des papillons multicolores. On en voit des vraies, enfermées dans des cubes transparents, des fausses velues, des soyeuses fabriquées en… bretelles de soutien-gorge violettes! Des artistes pimentent de leurs émotions cette exposition à hauteur de mômes. Les bambins qui ne savent pas lire prennent le livret jeu pour compter des pattes d'araignées, chercher des différences, des détails. Au cours de la visite, l'araignée perd de sa laideur et adoucit les peurs. De magnifiques papillons semblent vouloir s'échapper d'une cloche transparente. Les lucioles s'éclairent grâce à une lampe torche, les enfants s'amusent à entrer dans une cage aux barreaux de laine. Et quand les yeux se posent sur un tableau de Jean-Jacques Vigoureux peint sur… 500 toiles d'araignées, on reste ébahi par cette peinture magique.

A partir de 3 ans. « Araignées, lucioles et papillons », jusqu'au 28 février 2021 au Musée en herbe, 23, rue de l'Arbre-Sec (Ier). Ouvert tous les jours de 10 heures à 19 heures, le jeudi jusqu'à 21 heures.Tarif : 6 euros. Rens : Musee-en-herbe.com

Le vieux Paris en couleurs

Le Moulin Rouge en juin-juillet 1914, autochrome 12x9 cm de Stéphane Passet./Département des Hauts-de-Seine/Musée départemental Albert-Kahn
Le Moulin Rouge en juin-juillet 1914, autochrome 12x9 cm de Stéphane Passet./Département des Hauts-de-Seine/Musée départemental Albert-Kahn  

Un voyage dans le temps en couleurs enivrant. La Cité de l'architecture et du patrimoine présente les fantastiques autochromes — ancêtres de la photo en couleurs — de la collection Albert-Kahn, qui révèlent le Paris du début du XXe siècl e (1910-1937). Le Moulin-Rouge tel qu'il était avant l'incendie. Les façades de tonneliers ou d'ébénistes rue Notre-Dame-des-Champs. Le Grand Cinéma Plaisir de la rue de la Roquette. C'est un Paris oublié qui renaît sous nos yeux. Une balade historique qui ne manquera pas d'éveiller la curiosité des enfants. L'occasion, aussi, de leur rappeler que les frères Lumière, en plus d'avoir inventé le cinéma en 1895, ont créé les autochromes huit ans plus tard. Un procédé photographique qui permet de restituer des couleurs éclatantes.

A partir de 12 ans. « Paris 1910-1937, promenades dans les collections Albert-Kahn », Cité de l'architecture et du patrimoine (XVIe). Ouvert tous les jours (sauf mardi) de 11 heures à 19 heures. Tarifs : 9 à 12 euros. Rens : www.citedelarchitecture.fr

Chasse aux trésors au Muséum d'histoire naturelle

Quelque 250 bijoux du joaillier Van Cleef & Arpels ainsi que 200 variétés de minéraux sont présentées./Van Cleef & Arpels/MNHN
Quelque 250 bijoux du joaillier Van Cleef & Arpels ainsi que 200 variétés de minéraux sont présentées./Van Cleef & Arpels/MNHN  

Quel enfant n'a jamais rêvé de découvrir un trésor, débordant de diamant et de saphirs, étincelant de bijoux? Pour satisfaire ses envies de se prendre pour un pirate, direction la Grande Galerie de l'évolution du Jardin des plantes (Paris Ve) pour l'exposition « Pierres précieuses ». Ils n'auront pas le droit de toucher, mais ils en prendront plein les yeux… Dans les vitrines, ça brille de partout. Émeraude, rubis, énormes pépites d'or… 200 variétés de minéraux issus des collections du musée, dont des pièces uniques présentées pour la première fois, illuminent l'espace.

Elles sont accompagnées de quelque 250 des plus beaux bijoux du joaillier Van Cleef & Arpels. De quoi faire rêver les enfants autant que les parents… Comment naît une pierre précieuse ? Comment peut-elle être transformée en collier ? Autant de questions auxquelles les panneaux et des dispositifs interactifs permettent de répondre. Deux ateliers ludiques sont aussi proposés pendant les vacances (payants et sur réservation) : « Crée ton bijou » et « Fabrique ta boîte à trésors ».

A partir de 8 ans. « Pierres précieuses », à la Grande Galerie de l'évolution du Muséum national d'histoire naturelle (Paris Ve). Tous les jours sauf mardi de 10 heures à 18 heures. Tarifs : 9 à 12 euro. Rens : mnhn.fr

Giga tours et méga ponts à la Cité des sciences

Comment monter du béton sous un soleil de plomb quand on construit la plus haute tour du monde? Comment suspendre un viaduc dans la vallée du Tarn sans défigurer le paysage? A renforts d'outils numériques, la Cité des sciences et de l'industrie (Paris, XIXe) œuvre une nouvelle fois à l'éveil des vocations. L'exposition XXHL met en lumière les défis des architectes et ingénieurs des matériaux à travers quatre constructions : le viaduc de Millau, la rénovation imminente de la tour Montparnasse, la tour Burj Khalifa de 828 m à Dubaï, et le plus long pont au monde dédié aux trains et aux voitures à Istanbul.

De quoi montrer aux ados que la physique et les maths peuvent mener à des exploits. Sur des tables lumineuses, dans la pénombre, les visiteurs découvrent l'élévation de la tour de Dubaï en réalité augmentée, la maquette du viaduc de Millau s'anime en vidéo mapping… Le numérique au service de l'architecture… et du rêve.

A partir de 12 ans. « XXHL Giga tours et méga ponts » à la Cité des sciences et de l'industrie (XIXe). Tous les jours sauf lundi de 10 heures à 18 heures, dimanche jusqu'à 19 heures. Tarif : 9 à 12 euros. Rens : cite-sciences.fr

Pompéi comme si on y était au Grand Palais

Des projections 360 degrés permettent de ressusciter la cité détruite par une éruption du Vésuve en 79. /LP/ Arnaud Journois
Des projections 360 degrés permettent de ressusciter la cité détruite par une éruption du Vésuve en 79. /LP/ Arnaud Journois  

Le ballet d'ombres des habitants et l'éruption virtuelle fascinent les plus jeunes tout en éveillant leur intérêt pour l'histoire. Le Grand Palais (Paris, VIIIe) ressuscite Pompéi à l'aide de projections à 360 degrés, de créations sonores et de reconstitutions 3D dans une exposition interactive jusqu'au 2 novembre. Comme si on marchait dans cette petite cité antique au milieu des montagnes avant la catastrophe. Mais attention, la jauge est limitée. Certains trésors, comme un miroir ou une petite cuillère, émanent d'un considérable travail de fouilles effectué l'an passé.

Difficile de rester stoïque face à ces moulages de corps recroquevillés ou ces objets de toilettes retrouvés sous terre. Quant aux enfants, ils se laissent happer par les silhouettes sur les murs et la scénographie inédite de certaines mosaïques. Mais le parcours permet aussi aux plus grands d'en apprendre davantage sur le déroulement de cette journée fatale de l'an 79. Les archéologues ont réussi à éclaircir quelques zones d'ombre autour de cette ville à jamais endormie. Autant d'explications à découvrir sur les panneaux. A noter : une nouvelle animation en réalité virtuelle.

A partir de 8 ans. « Pompéi », jusqu'au 2 novembre au Grand Palais, à Paris (VIIIe). Tarif : de 10 à 14 euros. Réservations sur www.grandpalais.fr.