12 idées de spectacles à voir en famille pendant les vacances de la Toussaint

Pour les tout-petits, les enfants ou les ados, voici notre sélection de spectacles, pièces de théâtre, comédies musicales, à voir à Paris.

 Débora Roquebrune présente « Charlie Poppins », un joyeux mélange entre théâtre, cirque et marionnettes, au théâtre du Funambule, à Paris (XVIIIe).
Débora Roquebrune présente « Charlie Poppins », un joyeux mélange entre théâtre, cirque et marionnettes, au théâtre du Funambule, à Paris (XVIIIe). DR

Les vacances sont l'occasion de sortir en famille. A Paris, de nombreux spectacles sont proposés pour les enfants, quel que soit leur âge.

POUR LES TOUT-PETITS

«Charlie Poppins», joyeux mix

Charlie doit aller au théâtre pour sa représentation, mais se retrouve victime de la machine à remonter le temps de son ami Scratch. C'est donc depuis le bout du monde qu'elle va faire confiance à son imagination pour retrouver son chemin… Et elle pourra compter sur l'aide de personnages hauts en couleur ! « Charlie Poppins », c'est un joyeux mix entre le théâtre, le cirque, l'art de la marionnette, le mime, le chant… Le tout accompagné de musique, de vidéo, de jeux de lumière, de tours de magie, et d'un numéro de cerceaux aérien idéal pour émerveiller les enfants qui ne quittent pas des yeux l'artiste. Humour et poésie sont également au rendez-vous dans ce spectacle interactif entre les personnages et le public. Artiste multidisciplinaire, Débora Roquebrune est seule en scène pour faire vivre cette aventure. À la fin, les « bravos » se perdent dans la salle, le public est conquis. Chapeau Charlie !

A partir de 3 ans. « Charlie Poppins fait son cirque », au Funambule, 53 rue des Saules (Paris XVIIIe), jusqu'au 1er novembre, du mardi au dimanche à 11 heures. De 9,50 à 16 euros.

La douceur d'Ernest et Célestine

On retrouve sur scène l'univers sensible et délicat des albums d'Ernest et Célestine, le gros ours solitaire et la souris espiègle, qui répètent ici pour participer au concours du meilleur spectacle avec leurs copains. Des chansons variées aux mélodies soignées apportent de l'énergie. Dans cette ambiance de chocolat chaud, ça parle amitié, générosité, confiance. Comment surmonter ses peurs, oser être soi-même, avec ici et là des questions sur l'environnement, l'alimentation, le respect des différences. Tout doux.

A partir de 3 ans. « Ernest et Célestine, tous en scène », au Théâtre de la tour Eiffel, 4 square Rapp (Paris, VIIe). Du lundi au dimanche à 11 heures ou 14 heures. De 20 à 34 euros.

Le magicien colore les paysages

À l'origine, le monde était en noir et blanc, avec un peu de gris. Voilà qu'un magicien va colorer les paysages, les animaux, la vie, quoi. Pour ce spectacle très interactif, les enfants sont aux premiers rangs. Une bonne idée qui permet aux bambins de plonger dans l'histoire, d'agiter des foulards, de souffler sur les tours de magie. Affublé de son assistant Gudus, le magicien fabrique les couleurs dans des éprouvettes, en chansons, et parsème le spectacle de vrais tours de magie. Au passage, le jeune public prend une leçon d'amitié.

A partir de 4 ans. « Le Magicien des couleurs », à l'Aktéon, 11 Rue du Général Blaise (Paris, XIe). Tous les jours des vacances à 16 heures, 10 euros. (01.43.38.74.62).

Le loup revient toujours

Une valeur sûre pour les enfants, « Le loup est revenu » rempile pour une nouvelle saison et une série de séances de cris excités des minots. On ne voit pas le museau de la bête grise, mais le lapin apprend qu'il est de retour. Et sur les dents. Panique ! Au fil du spectacle, la Chèvre, le Petit Chaperon rouge, les Trois Petits Cochons en costumes à carreaux et le vaillant Petit Pierre qui a désobéi à son grand-père, se réfugient tour à tour chez monsieur Lapin. Des coups de casseroles, des frayeurs et de la solidarité à consommer sans modération.

A partir de 3 ans. « Le loup est revenu », à l'Alhambra (Paris, Xe). Du mardi au dimanche à 15 heures pendant les vacances. De 15 à 23 euros.

AVEC DES ENFANTS

Un Molière selon Daguerre

«Les Fourberies de Scapin» au Théâtre Saint-Georges, à Paris (IXe)/Grégoire Matzneff
«Les Fourberies de Scapin» au Théâtre Saint-Georges, à Paris (IXe)/Grégoire Matzneff  

Il a un truc avec Molière, Jean-Philippe Daguerre — dont on a beaucoup parlé, et à raison, en 2018, avec ses quatre Molières pour son « Adieu Monsieur Haffmann », sa première pièce en tant qu'auteur, actuellement au Théâtre de l'Œuvre, tandis que son « Petit Coiffeur », sa nouvelle création, débute au Rive Gauche. Mais c'est bien avec Molière qu'il a fait ses armes. Et quelles armes, tirant de chaque classique un spectacle réjouissant. Il l'a mis tant de fois en scène, toujours avec la même gourmandise, toujours avec le même succès, que ses créations semblent à demeure sur les planches parisiennes. Bon vivant originaire du Sud-Ouest, il met en scène comme il aime manger, concoctant avec sa troupe du Grenier de Babouchka des spectacles axés sur le plaisir et la générosité, faisant la part belle à la farce sans dédaigner la finesse. Et nous attrape à coup sûr.

A partir de 8 ans. « Les Fourberies de Scapin » et « le Médecin malgré lui » au Théâtre Saint-Georges, 51 rue Saint-Georges, (Paris, IXe), de 14 à 20 euros. Pendant les vacances, séances le mardi 20 octobre, samedi 24 et 31 octobre à 14 heures. « l'Avare », « le Bourgeois gentilhomme » et « Dom Juan » au Ranelagh, 5, rue des Vignes (Paris, XVIe), de 12 à 35 euros.

Comédie musicale et écolo dans la jungle

Dans cette très belle adaptation musicale du « Livre de la jungle », on accroche tout de suite avec les chansons inédites, les danses survitaminées et les très beaux costumes des comédiens animaux. Ne songez pas à retrouver les mélodies du film Disney. Ici, Mowgli et ses amis ont la fibre écolo : les éléphants marchent contre la déforestation, Baloo mange bio, fait du vélo et voit « la vie en slow ». Bagheera rappelle à Mowgli que, sans eau, « il n'y a plus de vie ».

A partir de 7 ans. « Le Livre de la jungle », au Théâtre des Variétés, 7, boulevard Montmartre (Paris IIe). De 14 à 50 euros.

Gruss à la folie

La famille Alexis Gruss revient avec 50 chevaux, « ses enfants » comme elle les appelle. Les fils Stephen et Firmin, les enfants, les gendres, soit 24 artistes en piste conteront en acrobaties et poésie l'histoire de cette famille sanglée aux arts équestres. Le spectacle s'ouvre par un cabaret ponctué d'échanges avec la famille et les équidés.

A partir de 5 ans. « Les Folies Gruss », sous chapiteau, carrefour des Cascades (Paris, XVIe), à partir du samedi 24 octobre, à 15 heures. De 20 à 75 euros.

Les péripéties de l'ours Michka

Malheureux petit ours jeté à la poubelle par une fillette trop gâtée, Michka s'enfuit et rencontre le super-renne du Père Noël. Au fil de belles chansonnettes, l'ours pense avoir été égoïste de laisser ses copains clown et poupée dans la poubelle. La salle du Lucernaire rit devant le comédien déguisé en fillette insupportable, ou lorsque le renne tombe avec son traîneau de cadeaux. Une réussite.

A partir de 5 ans. « Michka », au Lucernaire, 53 Rue Notre-Dame-des-Champs (Paris VIe), jusqu'au 3 janvier 2021. Du mardi au dimanche pendant les vacances scolaires. De 11 à 14 euros. (01.45.44.57.34).

AVEC DES ADOS

Le théâtre flamboyant d'Abkarian

«Le Dernier Jour du jeûne» /Antoine Agoudjian
«Le Dernier Jour du jeûne» /Antoine Agoudjian  

« Le théâtre empêche la méchanceté humaine de progresser », nous déclarait Simon Abkarian en juin après avoir reçu trois Molières, dont celui de meilleur auteur francophone pour « Electre des bas-fonds ». Des récompenses que son « Dernier Jour du jeûne » aurait pu lui valoir. Quelle joie de le voir repris au Théâtre de Paris. Rarement spectacle nous avait autant enthousiasmés que cette « tragicomédie de quartier », chronique colorée et flamboyante d'un quelque part au bord de la Méditerranée. D'une langue de toute beauté, lyrique par moments, empruntant aux codes de la rue à d'autres, Abkarian y brosse la vie tout en contrastes d'une petite société, parents et voisins, dans laquelle les femmes vont se dresser contre l'ordre établi. Il y a assurément du Pagnol dans ces personnages forts en gueule, passionnés, sanguins ou pleins de sagesse, à grands coups d'aphorismes, servis par une troupe éblouissante, Abkarian, évidemment, mais aussi Ariane Ascaride, sublime, Assaad Bouab ou encore David Ayala. C'est drôle et poignant, exaltant comme peut l'être le grand théâtre, ambitieux et populaire.

A partir de 14 ans. « Le Dernier Jour du jeûne », au Théâtre de Paris (Paris IXe), les samedi et dimanche à 15 h 30. De 19 à 49 euros.

Un thriller judiciaire implacable

Douze jurés. Un accusé que tous veulent envoyer à la mort sans discuter. Sauf un, qui veut en parler et va parvenir à tous les convaincre. Immortalisée au cinéma avec Henry Fonda, « 12 hommes en colère » est avant tout une pièce ici magistralement orchestrée. Un spectacle brillant et passionnant.

A partir de 12 ans. « 12 hommes en colère », au Théâtre Hébertot, 78 bis boulevard des Batignolles (Paris XVIIe), du jeudi au samedi à 18 h 30, et le dimanche à 17 h 30. De 15 à 42 euros.

La Grande Evasion façon Michalik

Comédiens épatants, changements de décors éclairs, rythme enivrant et histoire haletante : Michalik sait comme personne emballer un public friand d'une narration endiablée propre aux séries, mais aussi au théâtre. Un cours de théâtre en prison, un huis clos dont on s'évade, emporté par un récit multipliant les méandres. Un puzzle dont on reçoit les pièces dans un savant désordre. Palpitant.

A partir de 14 ans. « Intra Muros », au Théâtre de la Pépinière, 7 rue Louis-le-Grand (Paris, IIe), jeudi, vendredi et samedi à 18 h 30, les samedi et dimanche à 16 heures. De 12 à 54 euros.

« Faux British » et vrais fous rires

À l'affiche depuis 2016 au Saint-Georges, ils n'en finissent plus de plier son monde de rire, ou quand une troupe d'amateurs décide de monter un polar méconnu de Conan Doyle… Jubilatoire. Lancés à toute allure dans le mur sans parvenir à redresser la trajectoire, ils courent à la catastrophe avec un flegme hilarant. C'est à hurler de rire.

A partir de 12 ans. « Les Faux British » au Théâtre Saint-Georges, 51 rue Saint-Georges (Paris IXe). Le samedi à 18 heures et le dimanche à 16 heures. De 15 à 42 euros.