« Toujours là pour toi » sur Netflix : une histoire d’amitié pas facile à suivre

La nouvelle série de la plateforme américaine raconte une belle histoire d’amitié, en trois époques différentes.

 Katherine Heigl (Tully) et Sarah Chalke (Kate) dans la série « Toujours là pour toi » sur Netflix.
Katherine Heigl (Tully) et Sarah Chalke (Kate) dans la série « Toujours là pour toi » sur Netflix. Netflix

Simple, mais pas basique. « Toujours là pour toi » (NDLR : « Firefly Lane » en version originale, du titre du roman américain dont la série est adaptée) raconte une amitié à la vie à la mort, de l'adolescence à la quarantaine, entre la virevoltante Tully et la plus solide mais plus effacée Kate, de leurs quinze ans au cours des années 1970 totalement hippies, dans leur bled à la campagne, jusqu'à leur début de quarantaine. Si les deux actrices jouent les ados, Katherine Heigl (NDLR : la Izzie des premières saisons de « Grey's Anatomy ») et Sarah Chalke (NDLR : « Scrubs », « How I met your mother »), prennent la suite dès la vingtaine jusqu'à leur entrée dans le dur : la gestion d'un couple en bout de course pour l'une (NDLR : « Un divorce réussi reste un divorce », comme dit son ex), jamais de couple pour l'autre, malgré une starisation sur une chaîne de télé.

Au début, on accroche : la bande originale joue à fond le rôle de madeleine de Proust, de The Police à Soft Cell, en passant par des tas de tubes plus ou moins oubliés mais dont la petite musique résonne encore en nous à un niveau très profond. Les deux actrices se sortent bien de ce jeu quand même très compliqué avec deux âges différents. Maggie Friedman, la créatrice de la série, a débuté en écrivant quelques épisodes de « Dawson » et elle sait retrouver cette fibre chorale et cette attention aux tourments voire aux traumas inguérissables de l'adolescence.

Pourtant, cette valse à trois temps donne un peu le tournis. La temporalité se bouscule sans cesse d'un plan à l'autre entre les trois époques. Certes, le passé éclaire le présent. On comprendra vite pourquoi la si brillante Tully Hart, animatrice star et inimitable dans l'écoute - un peu la Sophie Davant de Seattle - est si sombre à l'intérieur. Malgré cette fluidité dans les « raccords » d'une tenue hippie et balade en van aux chouchous acidulés années 1980, jusqu'à la gestion d'une quarantaine ardue mais toujours aussi généreuse dans l'amitié plus forte que tout (NDLR : l'amour est trompeur, la famille destructrice), le procédé tourne assez vite à vide. Plaisant, mais moins bouleversant qu'espéré sur le papier.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3,5/5

« Toujours là pour toi », série de Maggie Friedman, avec Katherine Heigl et Sarah Chalke, 10 épisodes, Netflix.