«Social Distance» : le confinement en série sur Netflix

Première série tournée alors que la planète était sous cloche, «Social Distance», est mise en ligne sur Netflix ce jeudi. Et c’est une belle surprise.

 «Social Distance» joue avec les plans où les comédiens apparaissent face à la caméra de leur ordinateur, comme cette réunion de famille sur Zoom.
«Social Distance» joue avec les plans où les comédiens apparaissent face à la caméra de leur ordinateur, comme cette réunion de famille sur Zoom. Netflix

Avril 2020, en plein confinement aux Etats-Unis. Ike, force de la nature, assiste à une réunion d'alcooliques anonymes sur Zoom. Ce coiffeur n'a pas touché à une goutte d'alcool depuis près de 4 mois, mais il fait part de ses difficultés : sa petite amie l'a quitté, et le voilà désœuvré, enfermé seul chez lui, craignant de rechuter.

Durant vingt minutes, nous allons partager son quotidien de confiné : il passe ses journées sur les réseaux sociaux, espionne le compte Instagram de son ex, s'essaye à des cours d'harmonica en ligne, tente d'être créatif, appelle ses amis en visio. Va-t-il tenir bon, ou rechuter ? C'est cette incertitude qui plane sur le premier épisode de « Social Distance », première série à avoir été tournée durant le confinement, mise en ligne ce jeudi sur Netflix.

Soit huit épisodes au total au format court (de 18 à 22 minutes) et autant de cas de figure « confinés » : une infirmière coincée à la maison avec son mari, un père de famille dont la femme est en train de mourir, dans une pièce voisine, du Covid-19, une famille éparpillée qui organise une réunion Zoom pour décider comment célébrer son patriarche récemment décédé… Sur la forme, la série multiple les formats : beaucoup de plans où les comédiens apparaissent face à la caméra de leur ordinateur, mais aussi des scènes tournées en extérieur, des captures d'écran de réseaux sociaux, des images de jeux vidéo…

Ça n'a pas été facile à réaliser, mais le résultat est bluffant, tant sur la forme que sur le fond, avec des récits drôles, émouvants, tragiques… Même la politique est abordée avec un épisode sur un jeune qui s'insurge à propos de l'affaire George Floyd, ce Noir mort étouffé sous la pression physique d'un policier.

Se filmer à la maison, confinement oblige

C'est l'équipe derrière la série « Orange is the new black » qui a concocté « Social Distance » dès début avril. Tout s'est fait rapidement mais de façon très efficace : il a fallu écrire, recruter des acteurs, réalisateurs et techniciens, puis se filmer ou se laisser filmer alors que tous étaient enfermés chez eux. Et la série se paye le luxe d'avoir convaincu des comédiens reconnus, comme Mike Colter, héros des séries Marvel « Luke Cage » et « Jessica Jones », Oscar Nunez, qui campe un personnage central de « The Office » ou Shakira Barrera, vue dans « Glow ». Mieux, un couple à l'écran est interprété, dans l'épisode 6, par un vrai couple de comédiens dans la vie, les épatants Becky Ann et Dylan Baker (vu dans des dizaines de films dont la saga « Spider-Man ») - c'était nécessaire à cause du confinement.

Au final, « Social Distance » relève de l'excellente surprise, et devrait séduire toutes les tranches d'âge, à condition de ne pas être réticent à l'effet miroir que procure la série : le traumatisme du confinement est encore frais, voire toujours présent chez les spectateurs. Or on a vraiment l'impression de se voir à l'écran et de revivre cet enfermement au fil des épisodes…

NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

«Social Distance», série de Hilary Weisman Graham et Jenji Kohan (2020), avec Mike Colter, Shakira Barrera, Dylan Baker… 8 épisodes de 18 à 22 mn sur Netflix.