«Le Prisonnier», «The Office», «The Defiant Ones»… 5 séries qu’on a tant aimées

Chaque dimanche, l’un de nos journalistes ouvre le jardin secret de ses séries préférées, récentes ou très anciennes.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 «Sons of Anarchy», «The Office», «Le Prisonnier», « The Defiant Ones» et «Banshee » sont les cinq séries préférées de notre journaliste Eric Bureau.
«Sons of Anarchy», «The Office», «Le Prisonnier», « The Defiant Ones» et «Banshee » sont les cinq séries préférées de notre journaliste Eric Bureau. PROD

La plus culte : «Le Prisonnier»

« Je ne suis pas un numéro. Je suis un homme libre. » Ce cri me poursuit depuis quatre décennies. J'ai longtemps porté le badge «N°6», et j'espère toujours aller dans le village gallois de Portmeirion. De toutes les séries de mon enfance, « le Prisonnier » reste le plus gros choc. Le village dont on ne peut s'échapper, les habitants numérotés, la bulle qui avale les fuyards, la dénonciation du pouvoir totalitaire… Entre espionnage et science-fiction, cauchemar et réalité, humour british et délires psychédéliques, cette série, créée et jouée par le génial Patrick McGoohan, a un peu vieilli, mais elle n'a rien perdu de son pouvoir d'attraction.

Trailer du premier épisode du «Prisonnier» (1967)

1 saison (1967-1968). A voir sur Salto.

La plus attachante : «The Office»

Pendant le premier confinement, j'ai enfin découvert la version américaine de « The Office ». Grâce à ma fille adolescente qui m'intriguait avec ces épisodes en anglais (en français, c'est beaucoup moins bien) qui la faisaient rire aux éclats et ne finissaient jamais… Il y en a 201, soit plus de soixante-dix heures ! Mais ce faux documentaire sur le quotidien des employés d'une société de vente de papier de Scranton — la ville natale de Joe Biden — est tellement drôle, vachard et réaliste sur l'Amérique qu'il en devient addictif, et ses personnages — dont le boss, incarné par Steve Carell — hyper-attachants. Au point de se repasser certains épisodes pour le plaisir.

9 saisons (2005-2013). A voir sur Amazon Prime Vidéo.

La plus musicale : «The Defiant Ones»

Si vous vous passionnez comme moi pour la musique, ne ratez pas ce documentaire en quatre épisodes sur le producteur Jimmy Iovine et le rappeur-producteur Dr. Dre. Ces deux insatiables « provocateurs », créateurs et précurseurs, ont eu une influence considérable sur le rock et le hip-hop. L'Italien de New York et le Noir de Compton, banlieue pauvre de Los Angeles, n'avaient a priori rien pour collaborer un jour. Sauf leur génie pour révéler les stars et faire du business, qui a culminé avec la création du label Interscope, puis des casques Beats, les plus vendus au monde. Sur le fil du rasoir, leur vie dépasse la fiction.

1 saison (2017). A voir sur Netflix.

La plus diabolique : «Banshee»

C'est une pratique surannée que nous défendons avec un couple d'amis : s'offrir une série en coffret DVD à Noël. Il y a quatre ans, ils nous ont surpris avec une série inconnue, « Banshee », du nom d'une ville imaginaire de l'Amérique profonde où s'affrontent le bien et le mal, incarnés par un faux shérif à la recherche d'une ex-taularde et un vrai amish diabolique qui règne sur la cité par la terreur… Le combat est aussi haletant qu'indécis, sur fond de corruption, drogue, religion et guerre raciale. Ames sensibles et enfants s'abstenir. C'est la série la plus trash que j'aie vue. Pourtant, il n'y a pas plus doux que nos amis.

4 saisons (2013-2016). A voir sur OCS.

La plus sauvage : «Sons of Anarchy»

Là encore, c'est en DVD que j'ai découvert cette série. Juste avant qu'elle ne soit programmée en 2009 sur M6 le vendredi à une heure avancée, car « interdite aux moins de 16 ans ». Il est vrai que c'est sexe, drogue et rock'n'roll dans « Sons of Anarchy ». Tel le nom d'un gang de bikeurs californiens, mécaniciens le jour, trafiquants d'armes et proxénètes la nuit. Le hic, c'est que Jax, le beau chevelu aux airs de Kurt Cobain qui prend la relève, n'est pas aussi machiavélique que sa mère et son beau-père, et va finir par découvrir un lourd secret de famille. La baston va tourner au drame shakespearien épique et inoubliable.

Newsletter La liste de nos envies
Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver.
Toutes les newsletters

7 saisons (2008-2014). A voir sur Netflix.