«Equinox», l’étrange série danoise de Netflix

Disponible depuis quelques jours, cette production scandinave évolue aux confins du fantastique.

 Danica Curcic dans « Equinox », une mini-série Netflix venue du Danemark dans la veine du « fantastique païen ».
Danica Curcic dans « Equinox », une mini-série Netflix venue du Danemark dans la veine du « fantastique païen ».  Netflix

Danemark, 1999. Des lycéens qui fêtaient leur bac s'évanouissent en pleine nature, ne laissant absolument aucune trace. Seuls sont retrouvés trois rescapés, qui ne se souviennent de rien. De nos jours, Astrid, la sœur d'Ida, l'une des disparues, reçoit un message inquiétant de la part d'un de ces survivants. Elle reprend l'enquête de la police, qui n'a jamais abouti, malgré des traumas psychologiques hérités de son enfance perturbée…

Amateurs d'insolite, de climats inquiétants qui dérivent peu à peu vers le fantastique, « Equinox » est faite pour vous. Tirant son inspiration d'un podcast, cette mini-série de six épisodes disponible sur Netflix nous vient du Danemark, pays où le climat et les relations humaines peuvent se révéler aussi glaciaux que dans les polars issus de pays plus au nord comme la Suède et la Norvège.

Dans la tendance de la «folk horror»

Optant pour une réalisation très dépouillée, quasiment dénuée d'effets spéciaux, cette fiction alterne les scènes contemporaines avec de nombreux flash-back. Bonne idée, ceux-ci impliquent non seulement le personnage d'Astrid à 9 ans, au moment de la disparition (excellente Viola Martinsen, jeune actrice qui crève l'écran), mais aussi sa sœur Ida à la même époque, dont l'histoire apparaît de plus en plus centrale dans la tragédie. De fait, alors que l'héroïne évolue longtemps dans le brouillard le plus complet, le spectateur a, lui, souvent un coup d'avance.

L'intrigue prend son temps pour se poser, et il faut même carrément attendre le troisième épisode pour que le surnaturel pointe franchement le bout de son nez. La série bascule ensuite dans ce que les spécialistes appellent la « folk horror », un fantastique païen de plus en plus tendance en ce moment, et présent autant en série (la récente « The Third Day », toujours disponible sur OCS) qu'au cinéma (« Midsommar », film sorti en 2019).

Le dénouement pour le moins abrupt du sixième épisode laisse toutefois un goût d'inachevé. A moins que Netflix, qui a produit la série (elle a figuré quelques jours dans le top 10 des programmes les plus vus de la plate-forme), n'ait gardé quelques cartouches pour une deuxième saison…

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3,5/5

« Equinox », mini-série danoise de Tea Lindeburg, avec Danica Curcic, Karoline Hamm, Viola Martinsen… six épisodes d'environ 45 mn chacun.