«Emily in Paris» plein de clichés : son créateur Darren Star se défend

Alors que l’image de la capitale et de ses habitants dans la série de Netflix est pointée du doigt en France, son auteur nous explique sa démarche.

 La ville de Paris est montrée à travers le prisme du glamour dans la série portée par Lily Collins qui incarne Emily.
La ville de Paris est montrée à travers le prisme du glamour dans la série portée par Lily Collins qui incarne Emily. NETFLIX/Carole Bethuel

Des stéréotypes exaspérants pour certains, amusants pour d'autres. Le public français n'est évidemment pas resté indifférent face à « Emily in Paris ». Une semaine après sa mise en ligne, la série est numéro 1 dans le top 10 annoncé par Netflix des programmes les plus vus de la plate-forme dans l'Hexagone. Alors que les critiques sont mitigées chez nous, elles sont globalement positives outre-Atlantique.

A l'occasion de la 3e édition du festival Canneseries – déjà lancée en ligne avant les événements prévus sur la Croisette à partir de ce vendredi – dont il est le parrain, nous avons demandé à Darren Star, le créateur de la série, quelle était son intention en créant « Emily in Paris ».

« Je trouve qu'aux Etats-Unis on se regarde trop le nombril, on ne voyage pas beaucoup, d'où cette volonté de créer une héroïne américaine qui part à l'étranger. Quant au choix de Paris, c'est une ville que j'aime beaucoup et j'ai tout de suite vu le comique qui pourrait ressortir du décalage entre une Américaine et la culture française. J'avais aussi envie de travailler et vivre à Paris, cette série m'a permis de le faire pendant quatre mois, d'août à novembre de l'année dernière. »

«Paris est vraiment montré à travers le regard d'Emily»

Cet enthousiasme du scénariste américain de 59 ans se ressent dans la version très glamour du Paris qu'il montre à l'écran, mais contraste avec l'image assez négative des Parisiens, particulièrement désagréables dans la série. « Ils sont désagréables selon le point de vue d'Emily au début, tempère Darren Star. Je ne pense pas qu'ils le restent longtemps, d'ailleurs elle se fait beaucoup d'amis français. Paris est vraiment montré à travers le regard d'Emily et quand on arrive la première fois dans cette ville, ce sont les clichés qui ressortent. Par ailleurs, l'héroïne n'est pas toujours montrée sous son meilleur jour. Elle ne parle pas français, ce que lui reprochent beaucoup de personnages, et ils ont raison, c'est un problème. D'une certaine manière, elle mérite que des gens ne l'aiment pas à cause de son indifférence sur ce point. »

VIDÉO. « Emily in Paris » : « Ils auraient pu laisser quelques poubelles, je ne reconnais pas la ville ! »

Pour justifier sa direction artistique, Darren Star se réfère à sa série la plus iconique. « Vous pensez que Paris est montré comme un lieu idyllique et qu'on a forcé sur le glamour… Mais si vous aimez Sex And The City, c'est la même chose. Les Français qui regardent Sex And The City y ont une vision de New York qui correspond à celle qu'a Emily de Paris. New York est une ville merveilleuse mais Sex And The City n'était pas un documentaire. De la même manière qu'Emily in Paris n'est pas un documentaire sur Paris. En plus, je ne pense pas que ce soit une mauvaise chose de voir Paris comme une ville belle et romantique. »

Lucas Bravo, la bonne surprise

Il faut d'ailleurs avouer que cette série sucrée et légère a su séduire sur certains points. Grâce à la volonté de Darren Star de tourner sur place et avec des comédiens français, le grand public a pu découvrir l'acteur Lucas Bravo, 32 ans. Dans « Emily in Paris », il incarne le voisin de l'héroïne qui ne lui reste pas insensible.

« Pour le choix de Lucas, j'étais un peu nerveux parce qu'il me paraissait très bon mais il n'avait pas vraiment d'expérience (NDLR : son seul premier rôle était dans « L'Equipe », une websérie de Jérémy Minui). Alors je l'ai fait beaucoup travailler pour qu'il obtienne le rôle, il a dû passer de multiples essais, avec Lily notamment (Collins, qui joue Emily). Au final, je trouve qu'il est excellent. En plus c'est un homme délicieux. Quand on fait une série, on veut que les acteurs mettent d'eux-mêmes dans leur rôle et c'est ce qu'a fait Lucas avec sa chaleur humaine et son charme. » Un charme qui a opéré de part et d'autre de l'Atlantique si l'on en croit les réactions sur les réseaux sociaux autour du fils de l'ancien footballeur Daniel Bravo.

En attendant, Darren Star, qui s'apprête à tourner à New York la septième et dernière saison de sa série « Younger », diffusée en France sur Téva, reviendra sur son impressionnante carrière lors d'une discussion qui sera mise en ligne sur Canneseries Live, la plate-forme du festival cannois mercredi 14 octobre à 10 heures.