Disney+ prépare une série sur Malik Oussekine

La plate-forme a annoncé qu’elle produisait une série autour de cet étudiant frappé à mort à Paris par des policiers en marge d’une manifestation en 1986.

 La mort de Malik Oussekine, 22 ans, a eu un impact considérable sur la société française.
La mort de Malik Oussekine, 22 ans, a eu un impact considérable sur la société française. AFP/Michel Gangne

Ce sera l'une des quatre premières séries françaises produites pour Disney +, ou plus précisément pour Star, l'offre « jeunes adultes » que lancera la plate-forme américaine le 23 février. En plus d'un documentaire en six épisodes sur le rappeur Soprano, d'une série fantastique intitulée « Parallèles » et de la comédie « Week-end family » sur une famille recomposée, Disney planche actuellement sur une série à propos de la mort de Malik Oussekine.

Dans la nuit du 5 au 6 décembre 1986, cet étudiant de 22 ans avait été roué de coups à mort par des motards de la police, dans le hall d'un immeuble de la rue Monsieur-le-Prince (Paris Ve). Cette bavure s'était produite en marge de manifestations violentes contre le projet de loi Devaquet, qui prévoyait de réformer les universités françaises en sélectionnant les étudiants à l'entrée des facs.

La question des violences policières toujours d'actualité

« Oussekine » sera centrée sur la famille de l'étudiant et sa quête de justice. « Elle plongera au cœur des années 1980 pour comprendre l'impact que ce drame a eu sur la société française de l'époque », précise le communiqué de Disney +. Cette série en quatre épisodes de 52 minutes chacun sera créée par Antoine Chevrollier, réalisateur de certains volets de « Baron Noir » et du « Bureau des légendes ». Ce dernier cosignera le scénario d'« Oussekine » avec Faïza Guène, Julien Lilti et Cédric Ido. On ignore encore le casting du projet…

Si les faits relatés datent d'il y a trente-cinq ans, la question des violences policières reste au cœur de l'actualité. Après la révolte suscitée par le meurtre de George Floyd et les manifestations portées par le mouvement « Black Lives Matter » aux Etats-Unis l'été dernier, les rassemblements en hommage à Adama Traoré avaient largement mobilisé en France. Fin septembre, le documentaire « Un pays qui se tient sage » de David Dufresne, qui dénonçait les violences policières contre les Gilets jaunes, avait connu un beau succès, attirant 100 000 spectateurs en salles en moins d'un mois.