Daniel Ezra, l’Anglais star de «All American» sur Salto

La série américaine, qui en est à sa troisième saison, ne quitte plus le top des programmes les plus vus de la plateforme française. Rencontre avec son acteur principal.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Le comédien britannique, Daniel Ezra, incarne Spencer Paysinger, un ancien joueur de football américain.
Le comédien britannique, Daniel Ezra, incarne Spencer Paysinger, un ancien joueur de football américain. Warner Bros/Berlanti Productions

Un choc des cultures à l'écran comme à la ville. « All American », série disponible sur Salto (un nouvel épisode de la saison 3 est ajouté chaque mardi) raconte l'histoire de Spencer James, adolescent noir de 17 ans, qui a grandi dans le quartier défavorisé de South Crenshaw, à Los Angeles, avant d'être recruté par le lycée huppé de Beverly Hills pour ses talents de joueur de football américain. Le héros se retrouve ainsi partagé entre deux mondes qu'il essaie de concilier. La série porte bien son nom puisqu'elle pose ses fondations dans la culture américaine autant au niveau scolaire, sportif que social. Pourtant c'est un comédien britannique, Daniel Ezra, qui incarne la star de cette fiction inspirée de la vraie vie de l'ancien footballeur Spencer Paysinger. Pour son premier rôle de l'autre côté de l'Atlantique, l'acteur de 27 ans donne parfaitement le change.

«Je ne connaissais rien au football américain»

« Quand mon agent m'a parlé de ce rôle, je pensais que je n'avais aucune chance de l'avoir parce que je ne connaissais rien au football américain, nous confie-t-il depuis Los Angeles où il poursuit le tournage de la troisième saison de All American. Mais j'ai quand même passé l'audition et je l'ai eu. » À l'écran, l'accent américain de Daniel Ezra est bluffant (pour ceux qui préfèrent la version originale à la version française) et contraste avec son accent anglais très marqué quand il nous parle. « J'ai écouté beaucoup d'artistes de Los Angeles, pour m'aider à prendre l'accent local, détaille l'acteur. Quand je tourne la série, je le conserve tout du long, même en dehors des plateaux. Il n'y a qu'en interview ou quand je parle avec ma famille que je reprends mon ton naturel. »

Côté physique aussi, il y a eu du travail « pour ne pas être ridicule sur le terrain », s'amuse celui qui pratiquait le basket et le foot avant de devenir comédien. « Mon père est prof de fitness, donc le sport a toujours fait partie de ma vie. En revanche, j'ai vraiment dû adapter mes séances d'entraînement au football américain. Dès que je peux, je vais sur un terrain avec des amis pour qu'ils m'apprennent des techniques de jeu. Avant la pandémie, j'ai assisté à pas mal de rencontres universitaires. Je crois que je maîtrise plutôt bien les règles maintenant », rit-il.

Il a également trouvé un beau soutien en la personne de Spencer Paysinger, l'ancien joueur dont le personnage campé par Daniel Ezra est inspiré. « Il fait partie des producteurs de la série et je l'ai rencontré lors de la lecture collective du premier épisode. J'étais très nerveux et encore aujourd'hui il me tient à cœur de le rendre fier. Nous sommes devenus amis et il m'aide à comprendre à quoi ressemblait sa jeunesse. » Évidemment, la série reste une fiction et prend de larges libertés avec la vie du sportif. « Dans cette saison 3, Spencer James retourne dans son lycée de Crenshaw, ce que n'a pas fait le vrai. En revanche, il est toujours resté très impliqué dans la vie de sa communauté, de son quartier d'origine. »

Le mouvement Black Lives Matter apparaît dans la série

Ces épisodes sont également particuliers en raison de la pandémie de Covid-19 qui influe grandement sur les conditions de tournage. « On prend beaucoup de temps à désinfecter les décors, à tester les acteurs, à prendre toutes les précautions possibles. Donc, quand on filme, on n'a pas une minute à perdre, ce qui oblige tout le monde à être tout le temps au top. » Et si la crise sanitaire n'est pas intégrée à l'intrigue, « All American » reste ancrée dans l'actualité en traitant notamment dans cette troisième saison de l'importance du mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis. Un contexte inédit pour Daniel Ezra.

« Évidemment il y a du racisme, de la discrimination, des problèmes entre la police et la communauté noire au Royaume-Uni, mais à une bien plus petite échelle qu'aux Etats-Unis, constate le comédien. L'année 2020 a été une année charnière à ce niveau-là. J'ai fait pas mal de recherches, j'ai beaucoup écouté et observé les autres pour être sûr que ce que je jouais correspondait à la réalité. J'ai hâte de poursuivre ça dans la suite de cette saison 3, car même si ce sont des scènes difficiles, elles sont nécessaires. »

Un côté politique assumé qui continue d'accompagner de nombreuses histoires de cœur, des secrets qui tiennent en haleine et les questionnements des adolescents sur leur avenir. « Voir mon personnage se construire, dépasser ses drames du passé et décider ce qu'il veut devenir, c'est super gratifiant, sourit Daniel Ezra. J'espère que la série va durer encore longtemps pour que je puisse le voir devenir un homme. »

Newsletter La liste de nos envies
Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver.
Toutes les newsletters

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3,5/5

«All American», série américaine d'April Blair (2021), avec Daniel Ezra, Taye Diggs, Bre-Z… Saison 3, épisodes 1 et 2 (2 x 42 minutes) sur Salto.