Canneséries : les séries «Partisan» et «Moloch» primées

Le festival cannois a décerné les récompenses de sa troisième édition ce mercredi soir au Palais des Festivals.

 Cannes, le 13 octobre. Les actrices suédoises de « Partisan », Sofia Karemyr (à gauche) et Anna Bjork, entourent le réalisateur de la série Amir Chamdina.
Cannes, le 13 octobre. Les actrices suédoises de « Partisan », Sofia Karemyr (à gauche) et Anna Bjork, entourent le réalisateur de la série Amir Chamdina. AFP/Valery HACHE

La meilleure série cette année sur la Croisette est suédoise. Cocréée et interprétée par le comédien libano-suédois Fares Fares (« Le Caire confidentiel »), « Partisan » plonge le spectateur dans une communauté fermée et écolo aux allures de secte. Son ambiance étrange et travaillée a séduit le jury de la 3e édition de Canneséries. Composé des comédiennes Caroline Proust, Roxane Mesquida, Laetitia Eïdo, de l'acteur Grégory Fitoussi, du comédien et réalisateur Jean-Pascal Zadi, et du musicien et compositeur Randy Kerber, il a décerné cinq prix lors de la cérémonie de clôture qui s'est tenue ce mercredi soir au Palais des Festivals à Cannes. Cette série suédoise n'a pour le moment aucun diffuseur français.

Le prix d'interprétation est allé à la russe Polina Maksimova pour la série « 257 Reasons To Live ». Dans cette comédie, l'actrice interprète une jeune femme atteinte d'un cancer qui apprend qu'elle est en rémission. Cette bonne nouvelle n'empêche pas sa vie de prendre des détours négatifs : son petit ami la quitte, elle se retrouve au chômage et se brouille avec sa sœur. Aucun diffuseur français n'est annoncé.

Le prix spécial d'interprétation a été décerné à l'ensemble de l'équipe de « Red Light ». La comédienne Carice Van Houten (Melisandre dans « Game of Thrones ») est également cocréatrice de cette fiction avec sa partenaire de jeu Halina Reijn et la scénariste Esther Gerristen. « Red Light » plonge dans le milieu sulfureux de la prostitution et de la traite d'êtres humains, navigant entre la Belgique et les Pays-Bas où se croisent les destins de trois femmes : une prostituée, une flic et une chanteuse lyrique dont le mari disparaît. Cette fiction belgo-néerlandaise a également obtenu le prix des lycéens, une nouveauté de cette troisième édition du festival, mais n'a pas non plus de diffuseur français.

Prix du meilleur scénario pour « Moloch »

Marine Vatch est Louise dans l'épisode 5 de la série « Moloch » ./CALT STUDIO / Guillaume Van L
Marine Vatch est Louise dans l'épisode 5 de la série « Moloch » ./CALT STUDIO / Guillaume Van L  

Bonne nouvelle tout de même pour les téléspectateurs de l'Hexagone : la série française « Moloch », à découvrir sur Arte.tv dès ce jeudi 15 octobre avant sa diffusion à l'antenne à partir du 22 octobre, a su se démarquer. Arnaud Malherbe et sa compagne Marion Festraëts (créateurs de « Chefs ») ont obtenu le prix du meilleur scénario. Ce thriller aux accents fantastiques suit l'enquête d'une jeune journaliste interprétée par Marine Vacth, et d'un psy joué par Olivier Gourmet dans une ville où des personnes s'enflamment soudainement sans explication apparente.

Le jury a enfin décerné le prix de la meilleure musique à Jon Ekstrand pour « Top Dog », un polar suédois.

Appelés à voter en ligne pour leur série française favorite, les internautes, eux, ont attribué le prix du public, en partenariat avec Le Parisien, à la série « Validé » de Franck Gastambide.

Si le festival s'est achevé à Cannes, de nombreux contenus restent disponibles sur la plateforme Canneséries Live jusqu'au 21 octobre. Les entretiens avec Judith Light ou Kyle MacLachlan sont notamment passionnants.