Avec «Ici tout commence», TF1 nous met l’eau à la bouche

La chaîne TF1 lance ce lundi à 18h30 son nouveau feuilleton télévisé, dérivé de «Demain nous appartient». Premières impressions.

 Amour et gastronomie sont au menu de «Ici tout commence», qui raconte les débuts d’un personnage de «Demain nous appartient» dans une école de cuisine.
Amour et gastronomie sont au menu de «Ici tout commence», qui raconte les débuts d’un personnage de «Demain nous appartient» dans une école de cuisine.  TF1/Jean-Philippe Baltel

Elle tombe à pic. Alors que le confinement reprend, TF1 renforce son offre de fiction. La société productrice de « Demain nous appartient » (« DNA ») lance ce lundi 2 novembre sa nouvelle série quotidienne, « Ici, tout commence ». Des épisodes de 26 minutes diffusés chaque soir de la semaine à 18h30. Et elle saura plaire aux fans de la famille Delcourt, puisque l'on retrouve des personnages de « DNA » : Maxime Delcourt, interprété par Clément Rémiens, Rose Latour ( Vanessa Demouy ) et Antoine Myriel (Frédéric Diefenthal). Mais la chaîne tient à rassurer ceux qui n'ont pas suivi le feuilleton sétois, programmé juste après, à 19h10. « Ici tout commence » se découvre comme une histoire indépendante.

Cette fois, la production s'attaque à un thème cher aux Français : la cuisine. Le scénario se déroule exclusivement dans une école prestigieuse de gastronomie. Maxime Delcourt s'apprête à passer le concours. Dans un décor superbe, à l'origine un château dans le Gard, les candidats rivalisent d'inventivité devant des chefs parfois hostiles. A côté du professeur Emmanuel Teyssier (Benjamin Baroche), Philippe Etchebest semble un nounours. Antoine Myriel, le proviseur, incarné par Frédéric Diefenthal, tente, lui, d'apaiser les tensions au sein de son personnel.

De la cuisine, du sexe et Francis Huster

Bien sûr, la veine sentimentale est aussi au rendez-vous. Notre héros a un faible pour Salomé, fiancée d'un autre, jouée par Aurélie Pons, visage familier des concours de beauté. Quand l'acteur Francis Huster, de retour à la télévision après dix ans d'absence, endosse avec brio le rôle du directeur, Auguste Armand, un chef intransigeant.

La série repose sur deux intrigues simultanées, pour attirer toutes les générations. L'une concerne les relations entre les élèves, parfois conflictuelles. Aux fourneaux, une malvoyante et un personnage non-binaire et pansexuel défendent leur place, se confrontant à l'intolérance des autres. Ce qui frappe, c'est la modernité des sujets abordés comme la sexualité, évoquée de façon crue. Une manière pour la chaîne de séduire les jeunes téléspectateurs.

A cela s'intrique une sombre affaire concernant des professeurs avec un corbeau. On aime particulièrement le jeu de Benjamin Baroche, crédible en chef exécrable et manipulateur.

La chaîne mobilise des valeurs sûres de son cru avec des acteurs habitués de ses programmes. Clément Rémiens et Agustin Galiana, dans la peau d'un professeur, sont deux gagnants du jeu « Danse avec les stars ». Même l'actrice Ingrid Chauvin apparaît brièvement à l'écran en tant que mère de Maxime Delcourt. Malgré quelques scènes un peu longues, on savoure peu à peu le suspense, la qualité du casting, un scénario parmi des étudiants qui nous rappelle une sorte de « Un, dos, tres » version française et la modernité du thème principal qui nous met l'eau à la bouche.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« Ici tout commence », série dramatique française de Coline Assous, Eric Fuhrer et Othman Mahfoud, avec Clément Rémiens, Francis Huster, Vanessa Demouy… Episode 1, 26 minutes