Victoires de la musique : nous avons fait le test salivaire Covid en coulisses

Un laboratoire a mis à disposition des tests ultra-rapides de Covid avant la cérémonie. Nous l’avons fait.

 Julie, jeune trentenaire intermittente du spectacle, se plie au test salivaire avant le début des Victoires de la musique.
Julie, jeune trentenaire intermittente du spectacle, se plie au test salivaire avant le début des Victoires de la musique. LP/Olivier Corsan

« Ouvrez la bouche, tirez la langue », me demande gentiment l'infirmière. Ce vendredi soir, dans le grand hall qui mène aux loges des artistes présents pour cette 36e cérémonie des Victoires de la musique, un stand discret est installé à quelques mètres du tapis rouge. Pour la première fois, un protocole grandeur nature avec des tests salivaires, a été mis en place pour tester un échantillon de population. Sur la base du volontariat, chaque personne amenée à travailler sur l'événement peut vérifier son état de santé.

Depuis le début de la semaine, environ 1 000 personnes (techniciens, artistes, musiciens et figurants) se sont prêtées à l'exercice du test salivaire pour vérifier qu'elles n'étaient pas positives au Covid-19. « Pas un seul n'a été positif », s'enthousiasme une des représentantes du laboratoire Innova Pharma qui gère l'opération.

La procédure est beaucoup moins désagréable que les tests PCR et leurs immenses tiges que l'on doit s'enfoncer dans les narines. Cette fois, c'est un petit coton-tige que l'infirmière me glisse au fond de la gorge, gratouillant chaque amygdale pour en retirer un échantillon de salive. Le résultat apparaît seulement trois minutes plus tard. Négatif.

Un espoir pour une reprise des concerts

« Contrairement au test PCR, ce nouveau process est avant tout un outil de dépistage, assure Xavier Guérin, le directeur du laboratoire Innova Pharma. C'est un véritable espoir pour une reprise des concerts et des événements de grande échelle. Si vous êtes négatifs, vous pouvez être sûr de vous pendant les douze heures qui suivent. »

Alors que Benjamin Biolay et Vianney passent devant le stand pour rejoindre leurs loges, Julie se glisse à l'intérieur. « Je suis une des figurantes du public ce soir (NDLR : ils sont 200, rémunérés pour l'occasion) et je ne veux prendre aucun risque, assure la jeune trentenaire intermittente du spectacle. Honnêtement, je n'ai jamais fait de test PCR en laboratoire depuis le début de la pandémie. Cela ne me met pas du tout à l'aise d'aller dans un laboratoire et d'attendre dans une salle avec plein d'autres patients qui sont atteints du Covid. Là, c'est super-rapide, cela ne fait pas mal du tout. »

L'infirmière la coupe et lui donne le résultat… négatif. « Je n'avais pas vraiment peur mais, au moins, maintenant je suis rassurée ! Et quel espoir pour le monde de la culture, cela serait quand même un moyen de reprendre une vie normale. » Des concerts tests sont d'ailleurs en préparation à Marseille, Paris et en Bretagne.