«Jours de gloire», un disque d’espoir imaginé par un prof de musique entouré de stars

Un professeur de musique de banlieue parisienne a réalisé un disque autour des textes fondateurs de la République, lus par dix-neuf artistes : Sabrina Ouazani, Sophie Marceau, Matthieu et Louis Chedid, Michel Bouquet… Il tombe à pic.

 « Jours de Gloire » est un projet qui a été amené par le professeur de musique Sébastien Boudria (T. shirt blanc). A ses côtés, Oxmo Puccino, Sabrina Ouazani et Louis Chedid (de g.à d.).
« Jours de Gloire » est un projet qui a été amené par le professeur de musique Sébastien Boudria (T. shirt blanc). A ses côtés, Oxmo Puccino, Sabrina Ouazani et Louis Chedid (de g.à d.). LP/Arnaud Dumontier

S'il y a un disque dont la sortie s'imposait pendant ce reconfinement, c'est bien ce « Jours de Gloire », en vente à partir de ce vendredi. Rarement un projet artistique n'aura été à ce point d'actualité. Cet album à la gloire de la République, de l'éducation et du droit des femmes, résonne fort après les derniers attentats terroristes, en particulier celui du professeur d'histoire Samuel Paty. Dix-neuf artistes d'envergure, de Reda Kateb à Sabrina Ouazani, Michel Bouquet à Matthieu et Louis Chedid, de Sophie Marceau à Jane Birkin, y lisent des textes fondateurs et emblématiques de la République, dont la « Lettre aux instituteurs » de Jean Jaurès sur des musiques de Sébastien Boudria.

C'est ce professeur de musique de 36 ans, enseignant aux conservatoires de Clichy-la-Garenne et Colombes (Hauts-de-Seine), qui est à l'origine de ce projet aussi ambitieux qu'atypique. Pianiste passionné d'histoire, père de deux enfants à qui il dédie son projet, il a tout fait de A à Z, jusqu'à convaincre une maison de disques, Pias, de le promouvoir et le distribuer. Sébastien Boudria a imaginé ce disque lors d'une comédie musicale sur Gainsbourg en 2014. « Pendant que nous interprétions sa Marseillaise, un frisson a parcouru la salle, raconte-t-il. Et je me suis dit qu'on pourrait retrouver cette émotion avec d'autres grands textes de la République. Les attentats de 2015 n'ont fait que renforcer ma conviction. »

«J'ai fait attention à la diversité des textes»

Il a lu trois cents textes et en a retenu vingt-trois, sur le droit au travail, la Sécurité sociale, l'abolition de l'esclavage, « La déclaration des droits de l'homme et du citoyen », « Femme, réveille-toi » d'Olympe de Gouges, « Le droit du peuple » de George Sand… « J'ai fait attention à la diversité des textes, des styles et des époques, de 1789 à nos jours, précise l'enseignant. Je voulais que ces textes de combats aient un écho avec l'actualité, mais positif. Et puis le petit prof de petit conservatoire que je suis a pris son bâton de pèlerin pour trouver des interprètes populaires et engagés, qui soient le visage de la France. Cela m'a pris six ans. »

Sébastien Boudria voulait expliquer lui-même son projet aux artistes. « Je n'avais pas de carnet d'adresses, alors j'ai attendu dans les queues des théâtres où certains jouaient, comme Michel Bouquet, qui a été enregistré le premier en février 2015, Michel Aumont (NDLR : disparu depuis), Camélia Jordana… Et j'ai cherché les numéros des artistes ou de leurs managers, j'ai appelé Grand Corps Malade et Muriel Robin, qui a emmené François Berléand sur le projet. Abd Al Malik, je l'ai croisé et coursé dans le métro ».

« Il est habité, ce prof, lâche impressionné Oxmo Puccino. Il n'y a rien de commercial dans son initiative, c'est un acte citoyen. C'est pour cela qu'on l'a tous suivi ». Le rappeur a enregistré en novembre 2018 « La lettre aux enseignants » de Jean Jaurès, qui est devenue depuis le symbole de l'hommage de la Nation à Samuel Paty. « J'ai toujours pensé que les instituteurs et les professeurs étaient des héros, nous confiait Oxmo Puccino il y a un mois. Ce que dit cette lettre vient à point nommé. Un prof, ça change tout. Rien ne nous sauvera plus que de s'occuper de nos enfants. »

Quatre vidéos sur la plate-forme éducative Lumni

Sabrina Ouazani a été l'une des premières à répondre à l'appel de Samuel Boudria. « Lorsque je lui ai fait écouter La Marseillaise la première fois, elle a pleuré », témoigne ce dernier. La comédienne a choisi le discours de François Hollande prononcé après l'attentat de Charlie Hebdo. « J'avais envie de défendre la vie et la lumière contre l'obscurantisme, confie-t-elle. Liberté, égalité, fraternité. C'est important de remettre en lumière les valeurs de la République en ces temps difficiles, de redonner de l'espoir. Je suis férue d'histoire - j'ai fait une licence - et mes parents venus d'Algérie m'ont toujours fait les louages de ce pays qui les a accueillis. Ce projet est indispensable. Je suis très fière d'en être. »

« Cela fait tellement de bien qu'on parle de ce pays et en bien », ajoute Louis Chedid. Lui est arrivé le dernier sur le projet, avec son fils Matthieu. Il dit « Liberté, liberté chérie », un texte écrit pour lui par Sébastien Boudria et chanté avec la fille de ce dernier, Chloé, 10 ans. « Ce pays n'est pas assez aimé de ses habitants, estime Louis Chedid. Ce pays m'a accueilli, moi né en Egypte d'origine libanaise. Ce n'est pas du nationalisme d'aimer la France et la République. Quand on voyage, on s'aperçoit que c'est un pays de cocagne. »

Cet album, dont la sortie avait été décidée de longue date, prend aujourd'hui une dimension pédagogique encore plus forte. Quatre vidéos sont en ligne sur la plate-forme éducative Lumni, dont « la lettre aux instituteurs et institutrices » d'Oxmo Puccino. « Depuis une semaine, la vidéo a été vue plus de 100 000 fois et a été beaucoup utilisée en classe, se réjouit Sébastien Boudria. Je dis à mes collègues, emparez-vous de Jours de gloire. C'est un projet du peuple pour le peuple. »

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« Jours de gloire », Pias, CD, 14,99 euros, le livre-disque, 21,99 euros.