«Deux sortes d’hommes» : la fabuleuse histoire de la chanson oubliée de Johnny

Ce vendredi sort un titre inédit de Johnny, « Deux sortes d’hommes ». Composée par le musicien Daran, la chanson avait été enregistrée en 2014 dans le cadre de l’album « Rester vivant » mais n’avait pas été retenue à la dernière minute.

 Le titre inédit de Johnny « Deux sortes d’hommes », sera dévoilé dans la nuit de jeudi à vendredi à 0h01 sur les plates-formes de streaming.
Le titre inédit de Johnny « Deux sortes d’hommes », sera dévoilé dans la nuit de jeudi à vendredi à 0h01 sur les plates-formes de streaming. Danny Clinch

« Quand on a affirmé après la mort de Johnny qu'il n'existait plus d'inédits récents, nous étions de bonne foi. On avait complètement oublié cette chanson. Elle dormait dans un disque dur. On l'a retrouvée il y a quelques mois ». Bertrand Lamblot, qui fut le dernier directeur artistique de Johnny Hallyday, et le conseilla pendant près de vingt ans, peut remercier l'éditrice du chanteur Daran pour sa vigilance. Sans elle, on ne découvrirait pas, près de trois ans après la disparition de la star, un inédit récent, « Deux sortes d'hommes », qui sera dévoilé dans la nuit de jeudi à vendredi à 0h01 sur les plates-formes de streaming.

Ce blues a été enregistré pendant l'été 2014 lors des sessions de l'album « Rester Vivant », son dernier chef-d'œuvre. Mixé et mastérisé, il avait été écarté in extremis du disque. « A tel point que la chanson figure malgré tout sur le livret de l'album, signale Daran, qui a composé la musique sur un texte de Pierre-Yves Lebert. Mais je n'ai jamais écouté la version finale. » On peut le rassurer : « Deux sortes d'hommes », c'est du costaud, grosse voix et grosses guitares, 2 minutes 57 de pur Johnny dans la lignée de ses derniers disques en forme de retour aux sources. Le texte sur les grands brûlés du cœur est plus anecdotique.

Ecartée d'un album au dernier moment

Daran n'en était pas à son coup d'essai. « Deux sortes d'hommes » est la septième chanson que Johnny a enregistrée de lui. « Mais comme tout le monde, j'en ai écrit beaucoup qu'il n'a pas gardé, sourit Daran. On a eu une histoire pas banale tous les deux. Il a été le premier à me demander de lui écrire une chanson après la fin de mon groupe Daran et les chaises (NDLR : auteur du tube « Dormir dehors », en 1994). C'était pour l'album « A la vie, à la mort » en 2002. Johnny avait un texte de Sandrine Kiberlain qui lui tenait à cœur mais pas de musique. On m'a laissé 48 heures. » Et cela a donné « Au bord des routes ».

Les deux rockeurs ont appris à mieux se connaître sur le tard. « Surtout les deux dernières années de Johnny, car à l'époque je vivais au Canada et j'allais souvent travailler à Los Angeles, raconte Daran. J'avais aussi eu la chance de faire ses premières parties à l'Olympia en 2000. Je le regardais derrière le rideau, c'était une leçon. Il avait un instinct animal incroyable et donnait sa vie tous les soirs au public. »

Le directeur artistique de Johnny, Bertrand Lamblot, explique que « Deux sortes d'hommes » a été écartée au dernier moment parce qu'il y avait deux blues qui se ressemblaient. « Johnny aimait beaucoup la chanson de Daran - sinon il ne l'aurait pas enregistrée -, mais elle n'a pas trouvé sa place dans ce disque. Et dans les deux derniers non plus. Aujourd'hui, il y a un vrai sens à sortir ce blues enregistré à Los Angeles avec des musiciens américains dans un coffret sur l'Amérique de Johnny. »

Les fans devront patienter jusqu'au 23 octobre pour découvrir le coffret « Johnny : son rêve américain », qui contiendra, outre cette chanson, un live inédit et surtout deux films, le dernier road-trip à moto de Johnny avec ses amis bikers en 2016 filmé par François Goetghebeur et un documentaire sur sa tournée américaine de 2014. « La chanson Deux sortes d'hommes figure aussi sur la bande-son du road-trip, où il n'y a que des chansons récentes de Johnny », précise Bertrand Lamblot, qui a travaillé sur ce coffret avec Warner Music et Laeticia Hallyday.

« Laeticia s'est beaucoup impliquée, poursuit Bertrand Lamblot. Warner ne fait rien sans elle. Elle a une vision, plein d'idées. C'est elle qui a pensé à la séance photo qui illustre le coffret. Ces photos avaient été réalisées pour l'album Rester Vivant mais écartées au profit d'autres clichés en noir et blanc. » C'est probablement la dernière fois que Bertrand Lamblot travaille sur Johnny. « Je boucle la boucle, c'est bien ainsi. J'ai fait mon deuil. »

Daran est aussi un homme heureux. « A l'époque, j'ai été très déçu que ma chanson ne figure pas sur l'album, reconnait-il. Etre chanté par Johnny, c'était une grande fierté et un peu d'argent qui rentrait. Mais aujourd'hui, je suis enchanté de ce coup du sort et très impatient d'écouter ce qu'ont fait Johnny et Don Was (NDLR : le réalisateur américain de l'album). A chaque fois, c'est un grand moment, un grand frisson pour moi. D'autant que j'ai peut-être composé le tout dernier single de Johnny. »