Comment la musique d’Enrico Macias, «parrain de guérison», a ramené la jeune Noa à la vie

Le duo entre Enrico Macias, 82 ans, et Noa R., 16 ans, cache un miracle. Il y a douze ans, la Suissesse est sortie du coma grâce à l’une de ses chansons. Rencontre.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Noa R., qui a enregistré deux duos avec Enrico Macias, doit sortir son premier album l’été prochain.
Noa R., qui a enregistré deux duos avec Enrico Macias, doit sortir son premier album l’été prochain. LP/Frédéric Dugit

« On dirait une comédie musicale ». Enrico Macias a le regard attendri, cet après-midi de décembre dernier, en découvrant « Enfants des étoiles », le duo qu'il vient d'enregistrer avec Noa R. Devant la console d'un studio parisien, cette Suissesse de 16 ans fait ses premiers pas de chanteuse. Mais elle peut compter sur un « parrain de chanson » attentionné et des liens plus que professionnels. Car Enrico est aussi un « parrain de guérison » pour la lycéenne, qui vit à Genève. Il y a douze ans, sa chanson « Tous les soleils de l'amitié » l'a littéralement ramené à la vie.

Noa R. est née avec quatre tumeurs au cerveau. « Elle souffrait de dyspraxie (NDLR : maladie de l'enfant due à un dysfonctionnement de la commande cérébrale des mouvements) et subissait jusqu'à 160 crises d'épilepsie par jour, raconte Nora, sa maman. Jusqu'à une crise plus grave, à quatre ans, qui la plonge dans le coma. » Dans sa chambre d'hôpital, l'inquiétude est grande. Son père, Ygal, passe son chanteur préféré, Enrico Macias, pour détendre l'atmosphère. Sa femme lui demande d'arrêter. Et miracle. Noa se redresse sur son lit, ouvre les yeux et retrouve la parole. « Elle a répété Papa ayik ayik, raconte sa maman. Elle voulait dire : Papa musique. »

Noa R. est née avec quatre tumeurs au cerveau et souffrait de dyspraxie. Elle a pu être opérée depuis. LP/Frédéric Dugit
Noa R. est née avec quatre tumeurs au cerveau et souffrait de dyspraxie. Elle a pu être opérée depuis. LP/Frédéric Dugit  

« Cette histoire est unique, s'émeut Enrico Macias, douze ans plus tard. Quand le père de Noa me l'a racontée les larmes aux yeux, j'ai cru à un fantasme de fan, mais je me suis renseigné et je sais que c'est vrai. C'est fou. Cette chanson dit réveille toi, c'est beau la vie. Même si ton cœur a des ennuis. Et c'est ce qui s'est passé pour Noa. Je suis très attaché à elle. Et je ferai tout pour qu'elle réalise son rêve de devenir chanteuse. Elle commence, mais elle a déjà une oreille et une mémoire exceptionnelles. C'est un deuxième miracle. »

«La musique est comme une sœur»

Après ce « miracle », Noa a pu être opérée, ses tumeurs ont été enlevées, les crises ont cessé. Une nouvelle vie a commencé. « Elle a toujours des difficultés dans les apprentissages scolaires, des problèmes d'attention et de motricité fine, confie sa maman. Mais la musique l'a fait beaucoup progresser. Noa dit qu'elle se sent libre quand elle chante. C'est un besoin, sa manière de s'exprimer. » « La musique est comme une sœur, ajoute Noa. Quand mon père m'a demandé il y a deux ans ce que je voulais faire de ma vie, je lui ai répondu sans hésiter chanteuse. »

Enrico Macias l'a invitée plusieurs fois sur scène, dont une fois en première partie près de chez elle, à Divonne-les-Bains (Ain). Ils ont enregistré deux duos et il promet de lui écrire des chansons. « Mais je lui laisse faire son premier album et après je m'occuperai d'elle », sourit-il. Car l'adolescente, qui suit des cours de chant depuis plus d'un an, a fini d'enregistrer son premier album, avec une dizaine de chansons écrites par deux pointures, Christophe Cazenave et Régis Sevignac, dont un texte écrit par Marc Lavoine, « Ne t'en va pas ».

A quoi ressemblera le premier album de l'artiste Noa R.? « A moi », sourit l'adolescente, délicieux mélange de fragilité et d'assurance, de légèreté et de gravité, des goûts de ses parents pour Cabrel, Berger, Hallyday et Aznavour, et de la pop acidulée des chanteuses de son âge, Wejdene, Carla, Lou… Son disque sortira, elle l'espère, cet été. Avant celui d'Enrico Macias, prévu en octobre. Ce sera son trentième en soixante ans de carrière. Tout le monde n'a pas la chance d'avoir un tel parrain…