«C’est arrivé la nuit» : quand Marc Levy enquête sur les hackeurs

L’auteur aux 50 millions de livres vendus fête, ce mardi, ses vingt ans de carrière avec un roman mettant en scène 9 hackeurs. Un ouvrage pour lequel il s’est documenté pendant trois ans.

 Marc Levy sort, ce mardi, le tome I de « C’est arrivé la nuit », son dernier livre.
Marc Levy sort, ce mardi, le tome I de « C’est arrivé la nuit », son dernier livre. LP/Arnaud Journois

Depuis vingt ans, la machine Marc Levy est parfaitement huilée. L'auteur qui a vendu 50 millions de livres, dont 23 millions en France, peut s'appuyer sur deux solides béquilles : son éditeur, Antoine Caro, numéro 2 de Robert Laffont, et son agente anglaise et coéditrice, Susanna Lea. Tous les trois nous racontent la genèse de « C'est arrivé la nuit », tiré à 350 000 exemplaires et en librairie ce mardi, qui nous entraîne dans une aventure addictive sur fond de scandales politiques et sociétaux, où les héros sont des hackeurs. Un ouvrage qui a nécessité trois ans de travail et beaucoup de documentation.

L'idée

« Ce roman est né parce que j'avais envie de raconter la face cachée d'Internet. Cela fait des années que je le porte en moi. Il y a cinq ans, on me prenait pour un fou quand je disais que Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, était un des hommes les plus dangereux de la planète avec ses millions d'abonnés, raconte l'écrivain qui a fait partie des pionniers de l'informatique dans les années 1980. Mais je ne me suis pas réveillé un matin en me disant : Tiens, je vais dénoncer la manipulation des élections par des groupes d'extrême droite, la dangerosité des réseaux sociaux ou le scandale de l'insuline. »

L'idée de ce roman « a mûri au fil de mes investigations », raconte ce boulimique d'information qui passe des heures à lire la presse. Il s'inscrit aussi dans la continuité d'un travail où, pendant vingt ans, il n'a eu de cesse de partager avec ses lecteurs son regard et ses inquiétudes sur notre monde.

« On ne le sait peut-être pas assez, mais Marc est un auteur extrêmement engagé, il est fils de résistant, il a travaillé longtemps pour la Croix-Rouge », confie son ami et éditeur Antoine Caro. « La dérive des tout-puissants, la concentration du pouvoir entre les mains de ces personnes qui mettent en péril les démocraties, nos libertés et notre santé, ce sont des thèmes qui l'obsèdent. Qui l'empêchent de dormir », poursuit Susanna Lea. Quand, il y a trois ans, l'auteur parle de son projet à son éditeur, ce dernier n'est pas difficile à convaincre. Antoine Caro sent déjà que « ça va être du très grand Marc Levy ».

L'enquête

Scandale de l'insuline, manipulations d'opinions via les réseaux sociaux à des fins électorales, Marc Levy frappe très fort. Et sait qu'il n'a pas le droit à l'erreur. Les grands laboratoires, qui se sont secrètement entendus sur le prix de cette hormone indispensable aux diabétiques et qui sont accusés d'avoir provoqué la mort de plusieurs personnes, sont clairement montrés du doigt. Non cités, les politiciens britanniques Boris Johnson, Premier ministre, et Nick Farage, le leader d'extrême droite, sont reconnaissables quand il dénonce l'influence de Facebook sur le Brexit.

Pendant deux ans, Marc Levy s'est transformé en journaliste d'investigation. « J'ai lu énormément, j'ai vu des gens et j'ai vérifié tout ce que je dénonce, explique l'écrivain qui précise avoir travaillé seul. Mon acte de résistance, c'est de raconter avec humanisation ces scandales pour que le lecteur s'intéresse à ce qui se passe et, j'espère, réagisse ! »

Marc Levy confie aussi avoir pu rencontrer des hackeurs, sources d'inspiration pour les neuf héros de son roman. Des rencontres « passionnantes » qui lui ont permis de comprendre « la mentalité de ces Robin des Bois du XXIe siècle ». « C'est un très gros bosseur et toutes ces informations ont été vérifiées plutôt deux fois qu'une », confirme son éditeur. Et de préciser : « Bien sûr, le livre a été relu par le service juridique de Robert Laffont. Mais c'est de la fiction ! » « Si son enquête sur Facebook est si forte, c'est que Marc est un geek avant l'heure, qui a vu avant beaucoup de monde les réseaux sociaux envahir nos vies », complète Susanna Lea.

L'écriture

Ce livre est un bébé Covid ! Marc Levy habitant New York, avec la crise sanitaire, c'est par Skype ou Zoom que les échanges ont eu lieu avec son éditeur. « Même si je l'ai écrit au fur et mesure de mon enquête, cela m'a vraiment pris six ou sept mois d'écriture », calcule l'auteur. « La première version était déjà très aboutie, se souvient Antoine Caro. C'est un livre qui demande une parfaite maîtrise car il y a profusion de sujets, de personnages, d'intrigues, de lieux. On y retrouve tout le talent de Marc qui, dans un rythme très dynamique, a su jongler sans perdre son lecteur. »

« La construction est complexe et il voulait aussi s'assurer que des non-geeks comme Antoine et moi comprenions ce monde des hackeurs », sourit Susanna Lea. Pour l'écrivain, le rythme du roman « témoigne sûrement de la frénésie avec laquelle j'ai mené cette enquête ». De ces réunions virtuelles, Marc Levy se souvient de son éditeur se délectant de saucissons derrière l'écran. « Cela me rendait dingue ! Plus sérieusement, on se connaît tellement bien que, même par ordinateur, la complicité était là ! »

« On a surtout passé un peu de temps sur la fin du roman car il y a un tome II et il fallait donc s'arrêter au bon moment pour laisser le lecteur en haleine ! » précise Antoine Caro. Un troisième volume sera bientôt sur les rails. « Je ne veux pas quitter ces personnages auxquels je me suis attaché mais je veux garder ma liberté de pouvoir écrire d'autres romans sans eux prochainement. »

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

Ils sont neuf hors-la-loi, ne se sont jamais rencontrés, mais tous sont bien décidés à changer le monde. D’Oslo à Madrid en passant par Paris, Tel-Aviv, Istanbul ou Londres, Marc Levy nous plonge dans la vie de ces hackeurs. Un roman à cent à l’heure qui se dévore comme une excellente série. Emouvant, intelligent et très engagé, ce polar remue les tripes et donne envie de rejoindre ces Robin des Bois d’aujourd’hui. Vivement le tome II !

« C’est arrivé la nuit », de Marc Levy, Ed. Robert Laffont, 416 pages, 21,90 euros.