BD : le festival d’Angoulême 2021 découpé en «deux épisodes» à cause du Covid

Victime de la crise sanitaire, l’édition 2021 de la grande fête de la bande dessinée aura lieu en deux temps : une partie « remise des prix » en janvier et une partie « grand public » avant les vacances d’été.

 « Nous ne voulions pas nous retrouver à annuler 4 ou 5 semaines avant l’événement », argumente Franck Bondoux, délégué général du festival.
« Nous ne voulions pas nous retrouver à annuler 4 ou 5 semaines avant l’événement », argumente Franck Bondoux, délégué général du festival. LP/Jean-Baptiste Quentin

Nous n'irons pas à Angoulême … En tout cas pas aux dates prévues du festival de la bande dessinée, du 28 au 31 janvier. Dans l'air depuis un moment, la décision officielle est tombée mercredi, par le biais d'un communiqué. Face à la crise du Covid-19, les organisateurs ont imaginé une manifestation en deux temps, si tout va bien. Fin janvier, une partie plus « professionnelle », comprenant la remise des prix, et une partie grand public au « printemps été ».

« Rien qu'en participants à Angoulême, hors public, nous sommes déjà à 6000… Nous ne voulions pas nous retrouver, comme certaines manifestations ont dû le faire, à annuler 4 ou 5 semaines avant l'événement, argumente Franck Bondoux, délégué général du festival. Nous avons donc multiplié les réunions avec les pouvoirs publics, les éditeurs, les auteurs pour trouver les bonnes solutions. Tout le monde est aujourd'hui d'accord sur cette idée de diptyque, à deux dates différentes. »

«Une épée de Damoclès au-dessus de la tête»

Reste que, concrètement, tout n'est pas encore ficelé, notamment en raison du caractère évolutif de la crise. « Ce qui est sûr, c'est qu'il nous semblait important de conserver des manifestations aux dates habituelles en janvier, pour marquer le coup. On peut, par exemple, imaginer de tenir la cérémonie d'ouverture et de remise des prix au théâtre, en respectant les consignes de sécurité. Et de les diffuser en streaming… Nous espérons aussi pouvoir maintenir toutes les manifestations avec les écoles. Pourquoi pas aussi les concerts de dessin et des événements dans les gares… Nous allons continuer à travailler sur ce premier temps-là », évoque Franck Bondoux.

Le grand public aura lui rendez-vous pour « l'épisode 2 », à une date qui n'est pas encore arrêtée. « Au printemps ou au début de l'été. En tout cas avant les grandes vacances, espère le délégué général. Il faudra peut-être s'adapter là aussi en fonction des mesures prises par le gouvernement et l'évolution de la crise. Nous espérons, en tout cas, pouvoir accueillir le plus de gens possible. Mais pour le moment, nous avons une épée de Damoclès au-dessus de la tête… »