Léna Situations, la youtubeuse qui cartonne en librairie

Léna Situations a 22 ans et cette influenceuse ne cesse de monter. Passionnée de mode et toujours positive, elle vient de publier un livre de développement personnel «Toujours plus», qui se classe dans le top des meilleures ventes.

 Après son livre, Léna Situations, touche à tout, ne s’interdit rien pour la suite. « Si on me propose un rôle au cinéma ou au théâtre, je dis oui tout de suite ! », confie la jeune femme.
Après son livre, Léna Situations, touche à tout, ne s’interdit rien pour la suite. « Si on me propose un rôle au cinéma ou au théâtre, je dis oui tout de suite ! », confie la jeune femme. LP/Olivier Arandel

Les parents connaissent à peine son nom, les moins de 25 ans ne jurent plus que par elle. Avec ses messages positifs, son humour et son énergie sans limite, la pétillante Léna Situations affole les compteurs : plus de 1,6 million d'abonnés à sa chaîne YouTube, 2 millions de fans sur Instagram et 1,3 million sur TikTok. Et maintenant le succès de son livre de développement personnel « Toujours plus » (Ed. Robert Laffont, 152 pages, 19,50 euros) qui, à peine sorti en librairie, s'installe en tête des meilleures ventes. C'est dans son appartement parisien que la jolie brune nous reçoit pour nous raconter sans tabou son parcours phénoménal.

VIDEO. Léna Situations sur la Covid : «Se protéger et imaginer une vie future... il n'y a que ça»

De Léna Mahlouf à Léna Situations

Du haut de ses 22 ans, elle se souvient d'une « enfance d'amour » à Paris entre un père comédien et dessinateur de presse, une mère styliste et un petit frère « adorable et aussi calme et réservé » qu'elle est « speed et extravertie ». Pour ses parents algériens qui ont fui le terrorisme avant sa naissance, « tout va bien tant que les enfants ne prennent pas de drogue et qu'ils travaillent bien à l'école », rigole Léna. Passionnée de mode, elle ouvre à 15 ans son premier blog mais c'est plus tard que les choses deviennent sérieuses. Son bac en poche, elle rêve d'intégrer une école de marketing et communication spécialisée dans la mode et le luxe. Petit hic, il faut débourser 9 300 euros par an pour y entrer.

Léna ne se laisse pas démonter et enchaîne jusqu'à cinq petits boulots pour y accéder. C'est à cette époque qu'elle lance sa chaîne YouTube qui sera son échappatoire. Léna Situations est officiellement née. Excellente élève, elle est prise pour faire sa 4e année à New York. « Je mets les pieds pour la première fois aux Etats-Unis, c'était fou, magique et j'ai mille choses à raconter ». La vie est parfois bien faite : n'ayant cours que le matin, l'étudiante accro aux réseaux sociaux a enfin du temps pour sa chaîne YouTube. Ses vidéos quotidiennes originales et vitaminées sur sa vie à l'américaine enflamment la Toile. Mais elle ne le sait pas encore…

Youtubeuse et femme d'affaires

C'est quand elle rentre en France et qu'on la reconnaît dans la rue que Léna réalise être devenue une star de YouTube. Mais question finance, « c'est la cata, je n'ai plus une thune ». Pas très motivée pour reprendre une vie de petits boulots, l'ambitieuse fait le pari de gagner sa vie sur Internet avec ses vidéos. Banco, la régie publicitaire de la plate-forme la rémunère et elle se lance aussi avec succès dans les placements produits pour des marques qui sont de plus en plus nombreuses à vouloir travailler avec elle. Et qui l'invitent au bout du monde. Mais elle veut devenir indépendante de la publicité et se met à bosser énormément pour tout maîtriser de A à Z. Efforts récompensés, ses fans sont toujours plus nombreux.

Sa recette? « Un montage très dynamique, une playlist éclectique et géniale qui va des Beatles à Beyoncé en passant par Mozart ou Aya Nakamura et bien sûr toujours un petit message positif », commente la youtubeuse qui n'hésite pas non plus à parler des moments difficiles de la vie. « Mais toujours avec sincérité et gentillesse », poursuit celle qui peut se montrer ultra-maquillée en maillot deux pièces ou décoiffée dans un bon vieux pyjama. Elle finit par être repérée l'année dernière par Loïc Prigent, le pape des journalistes de mode.

Des défilés de mode…

« Là encore c'est une histoire de dingue. En revenant d'Italie où il était pour la Fashion week de Milan, Loïc a été rattrapé par Miss Covid et mis en quarantaine. Du coup, il m'a envoyé couvrir le show Balmain ». Elle était tétanisée mais cela n'empêchera pas sa vidéo d'être vue des millions de fois. Et Léna de faire son entrée dans la cour des grands. Dans la foulée, Dior lui donne carte blanche pour filmer ses défilés, ses ateliers, les coulisses… Puis c'est Prada, Etam ou encore Isabelle Marant qui la sollicitent. Léna est comme un poisson dans l'eau et elle rêverait de recevoir un carton d'invitation signé Chanel. Car pour elle la mode ne se réduit pas au shopping : « C'est un monde passionnant, c'est sociétal et cela touche tout le monde ».

… et un livre

Elle envisageait d'écrire un agenda mais son éditrice lui commande un vrai livre. Léna couche sur le papier ses conseils « non à la déprime, à la morosité et à la spirale du négatif ! Ce qui est cool avec un livre, c'est que ça dure longtemps et pas 24 heures comme une vidéo ou une story ». Et après le livre ? « Si on me propose un rôle au cinéma ou au théâtre, je dis oui tout de suite ! », confie-t-elle en éclatant de rire.

Ses amis, sa vie, ses combats

Quand elle décide il y a quelques mois de quitter le nid familial, Léna se promet de s'offrir un immense canapé où elle pourra se vautrer avec ses potes comme dans « Friends », sa série culte. Chez elle, la porte est toujours ouverte pour ses amis. Parmi eux, Bilal Hassani « son rayon de soleil » et aussi son amoureux, Seb La Frite, lui aussi star de YouTube avec 4,5 millions d'abonnés. Profondément choquée par l'homophobie, le sexisme et le racisme, Léna appelle ses fans à se mobiliser. Quitte à en perdre 13 000 d'un coup quand elle leur demande de signer une pétition pour soutenir le mouvement américain « Black Lives Matter ». Sur la libération de la parole des femmes, la youtubeuse estime que « si des choses graves se passent, que ce soit sur YouTube ou ailleurs, il faut que les victimes osent parler. Personne ne doit user de sa notoriété pour attirer des jeunes filles et il ne faut pas hésiter à dénoncer les comportements dégueulasses de certains hommes! »