La crise sanitaire est aussi un frein pour les artistes en herbe

Pour les apprentis musiciens aussi, la crise sanitaire bouscule tout et met bien des projets sur pause. Dans l’Eure, le jeune accordéoniste Lenny Lavérie a pu reprendre les cours au conservatoire mais passe encore le plus clair de son temps à travailler son instrument seul à la maison.

 A la maison comme à l’extérieur, Lenny Lavérie ne quitte presque jamais son accordéon.
A la maison comme à l’extérieur, Lenny Lavérie ne quitte presque jamais son accordéon. LP/Lou Garçon

A 14 ans, Lenny Lavérie reçoit déjà un concert de louange. En plus de mettre tous ses professeurs d'accord et de remporter des prix, ce fou d'accordéon s'apprête à enregistrer en studio une chanson avec Eric Bouvelle, grand nom de l'instrument à vent. Il prépare aussi une vidéo pour un concours national et continue de composer pour son propre plaisir.

Mais, si ce jeune bourré de talent a pu reprendre les cours quatre fois par semaine au conservatoire d'Evreux, le reste du temps, l'adolescent instruit en famille se perfectionne chez lui, dans le village de Saint-Georges-sur-Vièvre, sans plus pouvoir se produire en public, en raison des mesures liées à la crise sanitaire.

L'accordéoniste, qui commence à se faire un nom dans sa région, « aurait dû jouer pour un mariage, pour des marchés de noël, dans des lieux historiques normands », énumère Ingrid Vasseur, sa mère. « Tout est arrêté, reporté. Alors que ce qu'il aime, c'est partager la musique ».

L'accordéon, un instrument sous-estimé selon Lenny

L'adolescent a découvert l'accordéon il y a seulement deux ans, en testant différents instruments dans un conservatoire. « Ses professeurs se sont rendu compte qu'il progressait très vite, qu'il avait des prédispositions », se souvient sa mère.

Ainsi est donc née sa passion pour cet objet populaire, que le jeune homme juge sous-estimé du grand public. « Avec l'accordéon, on peut tout faire, pas juste du style musette », dit-il en jouant un air de tango et sans jamais perdre son sérieux. A la maison, mère et fils écoutent d'ailleurs des interprétations à l'accordéon d'airs de rumba, de musique classique et même de hard rock.

Et pour que le jeune musicien puisse acquérir son propre instrument lui permettant de jouer tous les registres qu'il souhaite, une cagnotte a été ouverte en ligne par sa mère et première fan!