Info Le ParisienCulture & loisirs

Humour : Nora Hamzawi jouera un spectacle inédit sur France Inter

L’humoriste interprétera le 27 novembre un tout nouveau spectacle, écrit pendant le confinement, à écouter en direct sur l’antenne de France Inter. Un format singulier pour une période qui l’est tout autant.

 «J’ai horriblement le trac, mais je suis aussi hyper enthousiaste», confie Nora Hamzawi avant la diffusion de son spectacle à la radio.
«J’ai horriblement le trac, mais je suis aussi hyper enthousiaste», confie Nora Hamzawi avant la diffusion de son spectacle à la radio. LP/Frédéric Dugit

Elle a plutôt l'habitude des grandes salles, toujours combles. D'entendre les rires fuser quand elle balance ses vannes de trentenaire désabusée et emplie de doutes. Vendredi 27 novembre, de 21 heures à 22 heures, Nora Hamzawi sera seule dans le studio 621 de la Maison de la Radio. Elle y jouera, sans public, un spectacle inédit diffusé en direct sur France Inter. Ce texte d'une quarantaine de minutes, baptisé « Public imaginaire », elle l'a écrit pendant le premier confinement et retravaillé ces derniers jours.

Un spectacle d'humour à la radio? C'est une première pour la comédienne, comme pour la station, qui a fait du rire un de ses marqueurs forts. « La radio a quelque chose de l'ordre de l'intime, de réconfortant, qui correspond bien à cette période, estime l'humoriste. On est tellement tout le temps devant nos écrans! J'aime bien l'idée que cette fois, il n'y ait que du son. La radio, moi, ça me rassure. Et puis le rapport au rythme, au silence, y est plus fort. L'écoute, plus intense. »

L'idée est venue d'une discussion, il y a une dizaine de jours. Après une chronique, la comédienne confie au directeur de la programmation de France Inter, qu'elle a des textes, écrits pendant le confinement, dont elle ne sait pas encore quoi faire. Il lui propose cette formule audacieuse, alors que la station vient d'enregistrer sa meilleure rentrée historique, avec 6,8 millions d'auditeurs. « Le choix du direct nous a paru évident, confie Yann Chouquet. On a eu envie d'offrir un vrai moment de théâtre, pour les gens à qui le spectacle vivant manque et qui aiment ces moments de funambulisme. Une boule au ventre, on veut savoir si ça s'entend! »

«Proposer une forme de divertissement, un refuge, ça me semble bien»

Dans ce monologue, Nora Hamzawi parlera de son ressenti de cette période que nous traversons avec son ton, cash et plein d'autodérision. « J'ai l'impression d'être une enfant entourée d'adultes, qui ne comprend pas trop ce qui se passe », glisse celle qui fut longtemps chroniqueuse dans l'émission de Nagui, la Bande originale. J'apprends ce que c'est que vivre au jour le jour. Ce texte, ce sera mon témoignage, vu par la fenêtre de mon domicile conjugal. Ma perception de ce nouveau rapport au temps, au monde, où l'irrationalité domine. »

La scène lui manque énormément, alors qu'elle devait jouer tout l'automne son spectacle à Paris, et en province. « C'est comme un chagrin d'amour, compare-t-elle. C'est encore plus dur quand on y retourne, un peu, et qu'il faut tout de suite repartir ». Les quelques dates où elle a joué, elle a senti un rapport plus fort avec le public. « On n'a jamais été aussi proches », remarque-t-elle, tout en regrettant que la culture soit « aussi peu considérée » pendant cette période. « Comme si c'était un luxe ».

Vendredi prochain, il n'y aura pas de scène. Pourtant, la sensation sera tout comme, seule au micro de la première radio de France. « J'ai horriblement le trac, mais je suis aussi hyper enthousiaste, insiste la trentenaire, qui avait déjà écrit un spectacle de guignol pour les enfants, en mai dernier. Ce qu'on vit est tellement compliqué que proposer une forme de divertissement, un refuge, une écoute, ça me semble bien. Moi je ferai de mon mieux. »