D’une MJC de quartier à l’Opéra de Paris, Mehdi Kerkouche, danseur en apesanteur

Révélé pendant le confinement, félicité par Brigitte Macron, chouchou des Miss France, le chorégraphe de 34 ans est l’une des sensations du moment.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Paris (XIe), le 19 janvier. «Je n’ai jamais eu de plan B, c’était une question de survie», raconte Mehdi Kerkouche à qui la danse donne des ailes.
Paris (XIe), le 19 janvier. «Je n’ai jamais eu de plan B, c’était une question de survie», raconte Mehdi Kerkouche à qui la danse donne des ailes. LP/Fred Dugit

« Allô, Mehdi Kerkouche ? C'est Brigitte Macron à l'appareil. » Nous sommes le 12 mai 2020. En fin de matinée, le danseur chorégraphe de 34 ans a quitté son douillet petit appartement du XIe arrondissement parisien. Direction Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine. Sa maman algérienne, Zorah, souffle ses 67 bougies. Son couscous est réputé dans toute la résidence mais, cette fois, c'est Mehdi, le dernier de ses trois fils qui lui mijote un petit plat dans l'appartement familial. Quand l'iPhone posé à côté de l'évier vibre dans la modeste cuisine, il est en train d'éplucher des pommes de terre. Il décroche, pensant tomber sur le technicien du gaz venu réparer le compteur, et reconnaît la voix grave de la première dame.

Ce coup de fil, Mehdi le doit à sa bonne action. Il vient de récolter 18000 euros grâce à un marathon de danse organisé sur les réseaux sociaux pour aider les soignants, en association avec la Fondation des Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, présidée par Brigitte Macron. « Vous avez apporté tellement de dynamisme, de tonus, lui confie-t-elle depuis son bureau du palais de l'Elysée. Quand on danse, il y a quelque chose de l'ordre de l'espérance, cela nous donne de l'élan à tous, c'est formidable. Je voulais vous dire au nom de la Fondation un très très grand merci, cela nous aide beaucoup. »

L'artiste n'en revient pas. « Mon année 2020 n'a aucun sens », ironise-t-il alors. Et pour cause. Il vient de vivre un énorme buzz sur Internet grâce à une réjouissante chorégraphie mettant en scène plusieurs danseurs confinés chez eux sur un tube de Barry White. Et il était loin d'imaginer que, quelques mois plus tard, il monterait son premier spectacle à l'Opéra de Paris et serait bientôt décoré de l'Ordre national du mérite, tout en continuant de s'occuper des Miss France.

VIDÉO. «On était plié en quatre» : dans les coulisses d'une chorégraphie devenue virale

Sailor Moon et Lara Fabian pour bonnes fées

Pourtant, tout a commencé dans ce modeste appartement, à la fin des années 1990. « Mehdi a toujours été hyperactif. Comme aujourd'hui. Il ne tenait jamais en place. Il a toujours dansé et chanté », se souvient sa maman. Dans sa chambre d'enfant, Mehdi affiche les posters de ses idoles : l'héroïne de manga Sailor Moon et Lara Fabian. « Ses grands frères écoutaient du rap, mais lui, c'était Dorothée, Dorothée et encore Dorothée, je ne la supportais plus à la fin, rigole-t-elle. Il avait peu de copains car le foot ne l'intéressait pas. Il restait avec les filles car il était passionné par les Spice Girls. » Et la danse qui va avec.

Les fins de mois ne sont pas toujours évidentes dans cette famille de divorcés (maman est employée de maison, papa plombier). Les musées et les salles de spectacle inaccessibles, faute de moyens. Alors, sa culture, Mehdi se la forge grâce à la télévision, devant les émissions de divertissement de TF1. Obsédé par les paillettes et les pas de danse. « Il n'y avait que cela qui l'intéressait. Je le surveillais de ma fenêtre, au deuxième étage. Il apprenait déjà des chorégraphies à ses copines… Cela me rassurait. Au moins, je savais qu'il ne faisait pas de bêtises », raconte sa maman.

Mehdi Kerkouche est aussi professeur de danse (ici au Studio Harmonic à Paris, en 2003). «Je le faisais déjà à 16 ans, pour les petits dans ma MJC», raconte-t-il. /DR
Mehdi Kerkouche est aussi professeur de danse (ici au Studio Harmonic à Paris, en 2003). «Je le faisais déjà à 16 ans, pour les petits dans ma MJC», raconte-t-il. /DR  

Sans qu'il ne s'en rende compte, la mère courage se sacrifie pour lui offrir une école privée catholique et un avenir. Mais le petit Mehdi n'en a que faire. Il n'a qu'une idée en tête : rentrer à la maison pour disséquer les clips de Janet Jackson enregistrés le matin sur une VHS. « Je ressentais l'urgence de commencer le plus tôt possible la danse. Comme pour un sportif, cela ne dure qu'un temps et cette course contre la montre m'obsédait. »

Newsletter La liste de nos envies
Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver.
Toutes les newsletters

A 16 ans, il se lance, après avoir pris quelques cours de hip-hop à la MJC du quartier. « Il était décidé, je ne pouvais rien y faire », résume Zorah, inquiète de le voir rejoindre un milieu où il ne connaissait personne, sans le bac en poche. « Je n'ai jamais eu de plan B, c'était une question de survie », commente Mehdi Kerkouche. Les trajets en RER A le conduisent jusqu'à Kamel Ouali, le chorégraphe vedette de « Star Academy ». « Il a dû se reconnaître en moi, le petit Rebeu des quartiers qui voulait faire de la danse », s'amuse Mehdi. « Lors d'un casting, je l'ai repéré tout de suite, assure Kamel Ouali. Et ça a été le début de dix ans de collaboration. Ce qui n'a jamais changé chez lui, c'est cette envie. Ses étoiles dans les yeux. Dès l'instant où j'ai croisé son regard, je savais qu'il allait y arriver. Ce qui lui arrive aujourd'hui ne m'étonne pas du tout. »

PODCAST. Du hip-hop de quartier à l'Opéra de Paris, l'envol du chorégraphe Mehdi Kerkouche

Une rencontre décisive. L'artiste l'embauche pour une tournée des plages pour NRJ en 2004 et enregistrer le DVD « Apprendre à danser avec Kamel Ouali » dans une villa avec vue sur la mer à Cassis. Mais surtout, toujours avec lui, le jeune homme décroche un rôle dans la comédie musicale « le Roi Soleil » en 2005. « En passant par l'entrée des artistes du palais des Sports, mon rêve devenait réalité. J'ai pleuré. »

La chute de Maé signe l'ascension de Mehdi

Le spectacle est un triomphe. Il lance la carrière de Christophe Maé. « Mehdi n'était que stagiaire, mais on le voyait déjà beaucoup sur scène car, à l'époque, il prenait la lumière », se souvient l'interprète d'« On s'attache ». « Et je l'ai embrassé plus d'une fois parce que son personnage faisait partie de ma cour, celle du frère du roi », rigole encore le chanteur. « Christophe était le seul comédien à ne pas avoir de doublure, se souvient Bruno Berberes, chargé du casting. Il avait tellement envie de jouer qu'il serait venu sur un brancard. »

Mais un soir, Maé va donner sa chance à Mehdi. « En pleine représentation, je me suis foulé une cheville en me réceptionnant avec mes talons hauts après un saut sur un trampoline au premier acte. Je lui ai filé ma perruque et mes fringues à l'entracte alors que j'étais à l'infirmerie. On avait à peu près le même gabarit, et il a enchaîné direct. Il connaissait tout par cœur, les textes, les chansons sans les avoir répétés ! » Mehdi trouve sa place en quelques représentations. « Pour qu'une carrière décolle, il faut aussi que le destin s'en mêle, philosophe Bruno Berberes. Et s'il n'avait pas remplacé Christophe, nous ne l'aurions pas repéré. »

Paris, le 24 février 2009. Mehdi Kerkouche incarne Ptolémée dans la comédie musicale «Cléopâtre», au côté de Sofia Essaïdi dans le rôle-titre (à dr.). /LP/Olivier Corsan
Paris, le 24 février 2009. Mehdi Kerkouche incarne Ptolémée dans la comédie musicale «Cléopâtre», au côté de Sofia Essaïdi dans le rôle-titre (à dr.). /LP/Olivier Corsan  

Entre-temps, Mehdi s'essaie à la chanson, sur les conseils de Dove Attia, le producteur du « Roi Soleil », qui lui offre des cours. Kamel Ouali lui produit un album chez Sony sous le nom de… Yanis. « Le prénom de Mehdi était déjà déposé et je voulais garder une consonance arabe », s'amuse l'intéressé. Son single, malgré un clip, « Ne t'en fais pas », ne prendra pas. Mais il décroche le rôle de Ptolémée, le frère de Cléopâtre, jouée par Sofia Essaïdi, au nez et à la barbe d'un certain Slimane, alors inconnu et futur gagnant de « The Voice ».

Ce projet pharaonique, dans tous les sens du terme, ce sera sa machine de guerre. Les blogs de fans naissent pour raconter son parcours et une tournée promotionnelle l'emmène même au pied des vraies pyramides d'Egypte. « C'était dingue car mon clip préféré est Remember the Time de Michael Jackson, qui se passe en Egypte et où il est en pharaon. » C'est à ce moment-là aussi qu'il fait son coming out. « Dans le milieu professionnel, il n'y a jamais eu aucun souci. C'était plus compliqué avec ma famille, même si mes parents l'ont accepté. Je n'ai pas eu de modèle et je ne veux pas que des jeunes homosexuels qui grandissent dans des quartiers pensent qu'être gay, ça n'est pas normal. »

De tous les grands shows télé

Il y a donc eu un avant et après « Cléopâtre ». A partir de là, Mehdi Kerkouche n'arrête plus de bosser. « Il oublie régulièrement de dormir », peste sa maman. « Il a transformé son énergie débordante en force de travail », assure le metteur en scène Stéphane Jarny. Ce proche de Kamel Ouali devient son mentor et lui offre son premier job de chorégraphe dans sa comédie musicale « Salut les copains », en 2012.

Mehdi Kerkouche (au centre, portant un sweat à capuche vert) a joué dans la comédie « Let’s Dance », de Ladislas Chollat, en 2019. /Pathé
Mehdi Kerkouche (au centre, portant un sweat à capuche vert) a joué dans la comédie « Let’s Dance », de Ladislas Chollat, en 2019. /Pathé  

« Il a la capacité d'adapter la gestuelle à tous les styles. » « C'est un caméléon », acquiesce Marion Motin, son amie chorégraphe, à qui il doit sa place comme danseur dans la première tournée triomphale de Christine and The Queens. « Mais je l'ai rencontré quand il dansait avec Lââm, taquine-t-elle. Nous étions partis à New York pour un casting secret pour Madonna. Mais on n'avait pas tant accroché que cela. Il sortait des comédies musicales et moi, je venais du rap, j'étais énervée en permanence. On s'est retrouvés plus tard. On se faisait des soirées appart jusqu'au bout de la nuit où, en général, Mehdi finissait par se déguiser en Britney Spears et faire le show. »

Artiste infatigable, Kerkouche est aussi professeur de danse. « Je le faisais déjà à 16 ans, pour les petits dans ma MJC. Etre enseignant, c'est une sécurité professionnelle si un jour tout s'écroule », explique-t-il. Pourtant, son carnet de bal est bien rempli. En plus de sa compagnie Emka et de ses cours, il est de toutes les grosses productions télé. Avec le réalisateur Stéphane Jarny, il travaille sur les Victoires de la musique, « Mask Singer »… ou le concours de Miss France. Depuis huit ans, il apprend aux candidates à bouger, le grand soir de l'élection. « Il transmet la rigueur aux filles, toujours avec bienveillance, confie Sylvie Tellier, la grande papesse du concours. Il y a deux ans à Marseille, il nous a fait un show privé hilarant dont tout le monde se souvient. » Cette année-là, les Miss lui offrent même une écharpe Mister Chaton et un diadème, conservés encore précieusement dans sa chambre.

VIDÉO. Après Instagram, le chorégraphe Mehdi Kerkouche apporte le hip-hop à l'Opéra de Paris

Et c'est grâce à un de ses délires que Mehdi Kerkouche a été l'une des premières sensations du confinement avec sa chorégraphie vidéo sur Barry White. « Quand il a une idée, tout le monde le suit », explique Alex Trovato, une amie danseuse. Le clip a été vu 4 millions de fois, notamment par Aurélie Dupont, l'étoile devenue directrice de l'Opéra de Paris, qui lui a proposé une création exceptionnelle au Palais Garnier. « J'ai voulu ouvrir à des chorégraphes moins connus mais non dépourvus de talent », explique-t-elle. Dans son spectacle, disponible sur France.tv, le chorégraphe avait dessiné sur les visages des danseurs des signes traditionnels arabes que portait sa grand-mère. Comme un clin d'œil au petit appartement familial de Rueil-Malmaison.

Mehdi Kerkouche en 10 dates

29 mai 1986. Naissance à Suresnes (Hauts-de-Seine).

2005. Kamel Ouali lui offre son premier rôle de danseur dans la comédie musicale « le Roi Soleil ».

2009. Joue le frère de « Cléopâtre » dans la comédie musicale du même nom.

2014-2017. Intègre la troupe de danseurs de Christine and the Queens et fait le tour du monde.

2017. Monte sa propre compagnie, Emka.

2011. Commence à chorégraphier le jeu vidéo « Just Dance ».

2019. Joue dans le film « Let's Dance » aux côtés de Rayanne Bensetti.

28 mars 2020. Il met en ligne une vidéo en confinement qui va devenir virale.

1er janvier 2021. Il est décoré de l'Ordre national du Mérite.

29 janvier 2021. Son spectacle pour l'Opéra de Paris est diffusé en prime-time sur France 5.