«Crack» sur Netflix : un documentaire passionnant sur la guerre anti-drogue

« Crack : cocaïne, corruption et conspiration » montre comment la politique menée contre ce dérivé bon marché de la cocaïne aux Etats-Unis dans les années 1980 et 1990 a été marquée par un racisme anti-Noirs.

 « Crack : cocaïne, corruption et conspiration » sur Netflix est un documentaire captivant servi par une mise en scène énergique.
« Crack : cocaïne, corruption et conspiration » sur Netflix est un documentaire captivant servi par une mise en scène énergique. Netflix

C'est un documentaire très politique. Disponible sur Netflix, « Crack : cocaïne, corruption et conspiration » raconte l'impact de l'épidémie de crack aux Etats-Unis dans les années 1980 et 1990 sur la communauté noire. Le cinéaste Stanley Nelson, qui signe ce film captivant, est un Afro-Américain dont toutes les réalisations interrogent l'histoire des Noirs américains − l'un de ses derniers documentaires porte sur le mouvement des Black Panthers. Parmi les témoins et spécialistes interviewés ici, on trouve d'ailleurs une forte majorité d'Afro-Américains.

Le film raconte d'abord comment le crack s'est répandu dans la population afro-américaine au début des années 1980. Soit comment ce dérivé bon marché de la cocaïne, drogue chère, glamour et festive, a séduit des milliers de Noirs pauvres. Transformant certains en junkies et d'autres en dealers , des « capitalistes de rue » capables d'empocher des centaines de milliers de dollars en une journée. « Crack » montre ensuite comment ce business ultra-juteux a conduit à un déchaînement de violences entre trafiquants surarmés. « La drogue a pris plus de vies aux Noirs que les cordes du Ku Klux Klan », déclare à un moment du film le célèbre pasteur militant Jesse Jackson.

Une politique ultra-répressive

A travers une mise en scène énergique − le documentaire est découpé en chapitres, illustré par des animations et accompagné de tubes de hip-hop −, « Crack : cocaïne, corruption et conspiration » décrit au passage le trafic qui a conduit le gouvernement américain à fermer les yeux sur l'arrivée massive de cocaïne sur son territoire, en provenance du Nicaragua. Un pays où il finançait en parallèle la lutte armée des Contras, les opposants au pouvoir sandiniste, en vendant illégalement des armes à l'Iran…

Enfin, ce documentaire montre comment la politique antidrogue de Ronald Reagan puis de George Bush a « criminalisé » la communauté noire : en véhiculant des clichés sur des femmes noires donnant naissance à des bébés cocaïnomanes, en autorisant les policiers à des contrôles et des arrestations violentes au faciès et en emprisonnant massivement les consommateurs et trafiquants noirs… Privilégiant une politique ultra-répressive à une politique de soins. « L'ère du crack a changé la communauté noire aux Etats-Unis », annonce en préambule ce film militant. Avant d'en faire une démonstration édifiante.

NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« Crack : cocaïne, corruption et conspiration », documentaire américain de Stanley Nelson (1h29)