«The Fanatic» avec John Travolta : et si c’était le pire film de l’année ?

Inédit en France, ce film datant de 2019, avec un Travolta campant un autiste psychopathe, débarque sur OCS ce mardi. Il a été hué par la critique américaine à sa sortie. A juste titre…

 John Travolta incarne Moose, fan d’une star de films d’action (Devon Sawa). Mais son personnage est aussi peu réaliste que gratuitement givré et méchant.
John Travolta incarne Moose, fan d’une star de films d’action (Devon Sawa). Mais son personnage est aussi peu réaliste que gratuitement givré et méchant. Bill Kenwright LTD

Sur le papier, et même via la bande-annonce du film, « The Fanatic », inédit avec John Travolta qui débarque ce mardi sur OCS, avait tout de la pépite alléchante. Mais sur la longueur, elle fait pâle figure. Signé Fred Durst, le film suit de près un dénommé Moose, cinéphile qui idolâtre certaines stars, en particulier Hunter, vedette de films d'action.

Moose collectionne tout sur Hunter — magazine, photos, copies de ses blousons — jusqu'à l'obsession. Lorsqu'il parvient enfin à l'approcher pour réclamer cet autographe dont il rêve depuis si longtemps, il tombe mal : dans un mauvais jour, la star le rembarre froidement. Dépité, Moose va se mettre à suivre Hunter chez lui, puis le harceler, jusqu'à séquestrer son héros. Détail qui a son importance : Moose est autiste, ou attardé mental, ça n'est pas vraiment précisé…

Pas de distributeur en France

Après l'avoir vu, on comprend pourquoi « The Fanatic » n'a, malgré la présence de John Travolta dans le rôle principal, trouvé aucun distributeur en France, et fini par atterrir presque en catimini sur OCS deux ans après sa sortie américaine. Il y a longtemps qu'on n'avait pas vu pareil navet, du genre qui laisse médusé. Tout est catastrophique dans le film : un scénario affligeant où chaque progression dans le récit s'avère grossière, une mise en scène aussi pompeuse que grotesque, une direction d'acteurs en roue libre…

A tel point que lors de sa sortie aux Etats-Unis, « The Fanatic » a battu un record de comptes rendus désastreux. On ne peut pas citer toutes ces critiques, mais elles vont du « probablement le plus mauvais film de l'année » à « un spectacle très désagréable, quel que soit le bout par lequel on le prend », en passant par « une accumulation de rires involontaires ».

Mais pourquoi tant d'acharnement ? Outre la pauvreté scénaristique et la mise en scène désastreuse, c'est surtout à cause du portrait esquissé du personnage de Moose, qui s'avère des plus gênants. Un autiste psychopathe, il fallait déjà oser, mais il est décrit et filmé de façon si maladroite que l'on se demande sans cesse si le réalisateur, qui a également écrit le scénario, ne se moque pas de son handicap. D'autant plus embarrassant dans un pays où la limite de ce type de caricature — probablement involontaire, ce qui s'avère encore pire — est très basse.

John Travolta n'est pas le plus à blâmer

Et Travolta, dans tout ça ? Lui aussi s'est retrouvé sous le feu nourri de la critique déchaînée : « La performance de Travolta est aussi mauvaise que sa coupe de cheveux et aussi lourde que ses costumes », « Vous pensiez que son interprétation de Gotti était terrible ? Vous tenez là une composition bien plus embarrassante… » Même si certains s'avèrent plus mesurés, soulignant que « la performance engagée de John Travolta ne peut pas sauver ce thriller ridicule à petit budget… »

On serait plutôt de l'avis de ces derniers : le héros de « Saturday Night Fever » et « Pulp Fiction » fait le job, campant de façon assez enlevée ce Moose aussi dégénéré qu'effroyable. Le problème n'est pas dans le jeu de Travolta, mais dans son personnage aussi peu réaliste que gratuitement givré et méchant.

Newsletter La liste de nos envies
Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver.
Toutes les newsletters

Le plus navrant dans cette triste pellicule, c'est qu'elle est le fruit d'un long entêtement : Fred Durst, redoutable réalisateur s'il en est, qui a commis — très peu, et pour cause — des nanars aux titres éloquents tels que « Ma super nièce ! », avait écrit le scénario de « The Fanatic » il y a… quinze ans. Et il avait, à l'époque, déjà proposé le rôle de Moose à John Travolta. Tous deux auraient mieux fait de ne pas s'acharner…

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 1/5

« The Fanatic », de Fred Durst (2019), avec John Travolta, Devon Sawa… 1h28. Sur OCS à partir de ce mardi.