«Stripped» : douloureux mais étonnant

Plongée dérangeante mais forte dans les réminiscences d’un viol. Un film choc israélien.

 Le personnage principal de « Stripped », Alice, a été victime d’un viol sous GHB.
Le personnage principal de « Stripped », Alice, a été victime d’un viol sous GHB. ARTHOUSE

Alice, romancière à succès, se lance dans un projet de documentaire sur les jeunes hommes israéliens qui partent à l'armée. Elle choisit l'un de ses voisins pour l'interviewer. Mais quelques temps après leur entrevue, Alice commence à se sentir très mal, au point de se cloîtrer en ne voyant personne, même son amoureux. Petit à petit, elle va entrevoir l'horreur de ce qui lui est arrivé…

Troisième film, après « Chained » et « Beloved », du triptyque sur les rapports amoureux du cinéaste israélien Yaron Shani, « Stripped », qui comporte des scènes érotiques et des séquences très dures, peut être vu indépendamment. Grâce à un montage volontairement décousu et non chronologique, le réalisateur place le spectateur dans la même position qu'Alice, son personnage principal - on ne comprend pas où il veut en venir au début, avant que le récit ne s'éclaire progressivement : Alice a été victime d'un viol sous GHB, une agression dont elle n'a aucun souvenir, mais dont d'infimes et atroces réminiscences apparaissent tardivement. Ce qui a abouti au final à un film douloureux mais étonnant.

Stripped Official Trailer from Black Sheep Film Productions on Vimeo.

LA NOTE DE LA REDACTION : 3 / 5

« Stripped », de Yaron Shani, avec Laliv Sivan, Bar Gottfried, Elad Shniderman… 2 h 00.