Reconfinement : «J’aurais aimé une dérogation pour les cinémas», regrette Valérie Lemercier

La comédienne réalisatrice devait sortir le 11 novembre son très attendu «Aline», sur la vie de Céline Dion. Après plusieurs semaines d’avant-premières, son long-métrage ne sortira pas pour l’instant.

 « Il vaut mieux que le film ne soit pas sorti, plutôt qu’il sorte et que les salles ferment à ce moment-là », réagit Valérie Lemercier.
« Il vaut mieux que le film ne soit pas sorti, plutôt qu’il sorte et que les salles ferment à ce moment-là », réagit Valérie Lemercier. AFP/Bertrand Guay

Son « Aline » devait être l'événement cinéma de cet automne. Cet époustouflant biopic de Céline Dion ne sortira pas en salles le 11 novembre comme prévu. Valérie Lemercier, qui signe ce long-métrage ultra-ambitieux dans lequel elle interprète la chanteuse de ses 7 à ses 50 ans, réagit à la fermeture des lieux accueillant du public, et donc des cinémas, à la suite des nouvelles restrictions sanitaires annoncées par Emmanuel Macron ce mercredi soir.

Quand avez-vous compris qu'«Aline» ne pourrait pas sortir en salles ?

VALÉRIE LEMERCIER. Jeudi dernier, on m'a annoncé qu'il y aurait un durcissement des restrictions sanitaires. J'avais en main le questionnaire des « Enfants de la télé » pour préparer l'émission que j'étais censée tourner le lendemain et j'ai compris que je ne l'enregistrerai pas. J'ai erré chez moi en manteau, j'ai pensé à toutes ces avant-premières joyeuses qu'on a faites avec le film et je me suis dit : « Tout ça s'écroule. » Mais je suis très fataliste. Comme le dit Shakespeare : « Ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser. » Alors j'attends…

Vous étiez très impatiente de montrer le film ?

J'étais impatiente de le tourner puis impatiente de le montrer. Là, 11000 personnes ont déjà vu « Aline » lors des avant-premières. Ce qui me fait plaisir, c'est que c'est un film qui parle d'une chanteuse populaire et, pour l'instant, il a été vu par un « vrai » public, pas par le gratin lors d'une avant-première officielle.

Auriez-vous aimé que les cinémas bénéficient d'une dérogation et restent ouverts ?

Oui, je l'aurais aimé parce que dans une salle de cinéma, quand on est tous masqués, que personne n'ouvre la bouche, ce n'est pas comme une fête d'anniversaire où on se passe des verres ou des pétards. Mais je ne cherche pas à avoir un traitement de faveur. Et je vois autour de moi plein de gens malades… Je reçois des messages de condoléances par rapport à mon film, les gens viennent me voir avec des têtes d'enterrement. Mais on est comme tout le monde, même si le milieu du spectacle est très touché. Et puis, il vaut mieux que le film ne soit pas sorti plutôt qu'il sorte et que les salles ferment à ce moment-là.

Est-ce qu'«Aline» sortira dès la réouverture des salles ?

Je ne sais pas. Quelqu'un a évoqué l'hypothèse d'attendre un an : je ne me vois pas attendre aussi longtemps… Moi, j'aimerais bien que le film sorte le 23 décembre parce que j'adore Noël et que j'adore le chiffre 5, comme Céline Dion. Mais si je suis partie prenante pour tout ce qui est artistique, je m'en remets à mes producteurs et distributeurs pour le choix de la date de sortie. En attendant, je vais terminer le générique, auquel je dois ajouter les noms de 7400 personnes qui ont travaillé sur le film dans quatre pays différents.

Avez-vous envisagé de sortir «Aline» sur une plate-forme ?

On l'a « plus » que proposé à mon producteur et je suis ravie qu'il ait refusé. Les plates-formes n'attendent que ça de nous « cueillir »… Mais je ne suis pas pour qu'« Aline » saute la case cinéma. C'est un film qu'il est important de voir en salles, en grand : c'est comme les concerts de Céline, il faut les voir en vrai.

Le film devait sortir au Québec le 27 novembre…

Il ne sortira pas là-bas non plus car les cinémas y sont fermés. Finalement, « Aline » sortira peut-être en même temps en France, en Suisse et en Belgique.

Ce qui laissera à Céline Dion le temps de voir le film ?

Cela fait presque un an qu'on a prévenu son entourage qu'elle pourrait le voir quand elle voulait… J'espère qu'elle le verra avant mon décès (sourire) !