Couvre-feu : les gros films français vont-ils maintenir leur date de sortie ?

Les distributeurs et producteurs hésitent à maintenir la sortie de leurs productions à budget important ces prochaines semaines.

 L’équipe du film « Adieu les cons », réalisé par Albert Dupontel.
L’équipe du film « Adieu les cons », réalisé par Albert Dupontel.  AFP/Yohan Bonnet

Sortira… sortira pas? La question tourne en boucle dans les sociétés de production et de distribution de cinéma, depuis que Jean Castex a douché les espoirs des salles de pouvoir ouvrir jusqu'à 21 heures ou au-delà. Ce vendredi, les principaux intéressés ont multiplié les réunions pour décider s'ils reportaient les sorties de films prévues dans les prochaines semaines… Ou les maintenaient tout en se privant, en Ile-de-France et dans les huit autres métropoles concernées par le couvre-feu, des deux séances du soir qui rassemblent d'ordinaire 40 % de la fréquentation.

Beaucoup de professionnels attendaient de voir ce qui sera décidé, sans doute ce samedi, pour « Adieu les cons » d'Albert Dupontel, supposé sortir mercredi prochain. Mais si Gaumont choisit de ne pas « risquer » ce long-métrage qui a coûté 10 millions d'euros, d'autres films pourraient être déprogrammés. Comme « Aline », de Valérie Lemercier, prévu le 11 novembre et au budget XXL de 23,6 millions d'euros. « Si des poids lourds quittent l'affiche, il y aura moins de spectateurs en salles, les bandes-annonces seront moins vues… Sans compter la menace que des cinémas suppriment des séances, voire baissent carrément le rideau », décrypte un distributeur.

Ce vendredi, StudioCanal, qui avait annulé jeudi la promotion de « L'Origine du Monde » de Laurent Lafitte, censé sortir le 4 novembre, jurait que sa décision sur la sortie du film n'était pas prise… ARP maintient finalement à mercredi la sortie du film d'horreur « Peninsula », « par solidarité avec l'ensemble de la filière cinéma ». Certains longs-métrages familiaux ou à budgets moyens seront eux aussi en salles mercredi, comme « Poly » de Nicolas Vanier et « Petit Vampire » de Joann Sfar (une décision logique pendant les vacances scolaires) ou « Sous les étoiles de Paris », drame avec Catherine Frot, le 28 octobre.

Pour l'instant, « Miss » de Ruben Alves et « ADN » de Maïwenn sont eux aussi maintenus au 28 octobre. Mais Jean Labadie, qui distribue « ADN », reconnaît que les chiffres de fréquentation de ce week-end et de mercredi pourraient changer la donne. Face à ce scénario inédit, le cinéma s'adapte. Mais il risque gros à l'heure où les salles ont perdu 70 % de leur public depuis septembre.