«Antoinette dans les Cévennes», itinéraire d’un succès surprise

Avec 750 000 entrées, ce film a créé la surprise. Alors qu’il est sorti mardi en DVD et VOD, sa réalisatrice, Caroline Vignal, revient sur ce succès.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Porté par le magnifique duo entre Laure Calamy et son âne Jazou, « Antoinette dans les Cévennes » a bénéficié d’un excellent bouche-à-oreille.
Porté par le magnifique duo entre Laure Calamy et son âne Jazou, « Antoinette dans les Cévennes » a bénéficié d’un excellent bouche-à-oreille. Julien Panie

Son premier film, « Les Autres filles », n'avait enregistré que 40 000 entrées en 2000. Depuis, Caroline Vignal travaillait comme scénariste, pour la télé et le cinéma. « Personne ne m'attendait », résume la réalisatrice d' « Antoinette dans les Cévennes » avec Laure Calamy. Un deuxième film, disponible depuis ce mardi en DVD et VOD, dont elle nous raconte le parcours, marqué par de belles rencontres et d'heureux hasards.

2016 : lecture de « Voyage avec un âne dans les Cévennes ». Cette année-là, Caroline Vignal découvre le livre de Robert Louis Stevenson, dans lequel l'écrivain écossais raconte la randonnée effectuée en 1878 avec une ânesse prénommée Modestine. Originaire de l'Hérault par sa mère et du Gard par son père, Caroline Vignal ne se définit pas comme une « randonneuse effrénée », mais a toujours aimé marcher. « Je voulais faire un film sur les Cévennes, raconte la réalisatrice. L'ouvrage de Stevenson m'a donné un canevas sur lequel j'ai pu raconter mon histoire ».

Début 2019 : rencontre avec Laure Calamy. La cinéaste adorait la comédienne de « Dix pour cent », qu'elle avait aussi vue au cinéma dans « Un monde sans femme » ou « Ava ». Très vite, elle veut lui confier le rôle d'Antoinette, une femme libre, fragile et déterminée. « Pour Antoinette, qui est souvent seule avec son âne, il me fallait quelqu'un qui envoie, explique Caroline Vignal. Je trouvais Laure extrêmement drôle et j'avais besoin de son inventivité et de sa jubilation à jouer. » Ses productrices suggèrent d'abord une actrice plus connue, mais Caroline Vignal tient bon. Et quand elle rencontre Laure Calamy, celle-ci se montre « surexcitée » par le rôle et l'idée de jouer avec un âne. La cinéaste découvre alors que la comédienne connaît bien les Cévennes : son compagnon y vit, il y est guide de montagne.

Été 2019 : un tournage sous le soleil. « Le stress majeur, c'était la météo », confie Caroline Vignal. Intégralement en extérieur, le tournage a duré sept semaines. Heureusement, il a fait beau. « Il fallait transporter le matériel sur des chemins rocailleux, mais on était dans des endroits incroyables », se souvient la réalisatrice. Autre bonne surprise : Laure Calamy s'entend à merveille avec Jazou, l'un des deux ânes qui interprète « Patrick », son compagnon de voyage.

Juin 2020 : le label « Cannes ». Alors que le Festival de Cannes est annulé en mai, les organisateurs décernent un « label Cannes » à 56 longs-métrages : « Antoinette dans les Cévennes » fait partie de cette promotion 2020. « J'étais évidemment touchée, confie Caroline Vignal. Malheureusement, même avec ce label, le film n'a pas pu être vraiment se vendre à l'étranger, où les salles étaient fermées et où les festivals se sont presque tous déroulés en ligne. » A cette période, la cinéaste savoure tout de même les « retours hyper chaleureux » des premières projections du film.

Newsletter La liste de nos envies
Nos coups de cœur pour se divertir et se cultiver.
Toutes les newsletters

Août 2020 : des ânes au festival d'Angoulême. Pour ce qui restera son « seul festival en live », Caroline Vignal présente « Antoinette… » au festival du film francophone d'Angoulême. La comédie plaît énormément et les photographes se régalent avec Jazou et Pedro, les deux ânes qui jouent Patrick. « C'était une idée de mes attachés de presse », souligne la réalisatrice. Dans la foulée, Caroline Vignal présente des avant-premières du film en Occitanie, en Lozère, à Alès, Nîmes, Montpellier… et dans les Cévennes, « devant toute la bande de babas cool du copain de Laure ».

16 septembre : une sortie masquée. Le port du masque est obligatoire dans les cinémas, ces derniers respectent un protocole sanitaire strict… Mais le distributeur d'« Antoinette… » décide quand même de sortir le film. « On a eu des sueurs froides, mais on a eu raison », estime a posteriori Caroline Vignal. Pendant sept semaines, la comédie, saluée par des critiques enthousiastes et un excellent bouche-à-oreille, fédère 750 000 entrées. « C'était inespéré ! » commente la réalisatrice, très heureuse de ce score, même si le succès est arrivé « dans un contexte bizarre » : « Je n'ai pas fait de fête, on a juste trinqué avec Laure… avant la fermeture des salles le 30 octobre ».

Février 2021 : la VOD avant les Césars ? Alors que de nouveaux spectateurs vont découvrir « Antoinette dans les Cévennes », qui sort ce mardi en DVD et VOD, le film fait partie des favoris aux Césars, dont les nominations seront annoncées le 10 février. Caroline Vignal essaie de ne pas se mettre de « pression » : « J'en ai déjà pour écrire », sourit celle qui planche sur un nouveau scénario, dans lequel elle se demande si elle parlera du Covid…

« Antoinette dans les Cévennes », sur toutes les plateformes de VOD et en DVD (Diaphana édition vidéo, 19,90 €).