Aya Nakamura à propos de sa fête sans masque : «J’ai fait une bêtise»

Après avoir fait faux bond à Yann Barthès sur « Quotidien » pour fêter la sortie de son album, la chanteuse de 25 ans était l’invitée du journal de Nathalie Renoux, ce samedi soir. Et cette fois-ci, elle n’a pas posé de lapin.

 « Je n’ai pas été vigilante, a reconnu Aya Nakamura. On peut écouter de la musique et se protéger. »
« Je n’ai pas été vigilante, a reconnu Aya Nakamura. On peut écouter de la musique et se protéger. » LP/Fred Dugit

Nouveau lapin ou pas nouveau lapin? Autrement dit, est-ce qu'Aya Nakamura fera faux bon à Nathalie Renoux, comme elle l'a fait avec Yann Barthès dans l'émission « Quotidien » diffusée vendredi sur TMC? Tous les fans de l'interprète de « Djadja » se sont posé la question, après l'annonce de sa venue ce samedi soir sur le plateau du « 19.45 », à M 6. Le suspense a été levé à 20h05, après un reportage sur sa réussite. « Ce soir, nous avons le plaisir de recevoir la chanteuse la plus écoutée dans le monde sur les plateformes numériques », a lancé Nathalie Renoux. Habillée en tailleur noir à rayures, la chanteuse est donc bien venue défendre son troisième album « Aya », sorti dans la nuit de jeudi à vendredi.

« La prochaine fois, je ferai plus attention et tout le monde mettra un masque »

Autre interrogation : est-ce qu'Aya Nakamura allait être questionnée sur sa story Instagram où elle s'est mise en scène dans une soirée non masquée, jeudi soir ? La réponse tient en trois lettres : oui ! Mais il a fallu attendre la toute fin de l'interview. « J'ai fait une bêtise, a reconnu la jeune artiste en plateau. Je n'ai pas été vigilante. J'étais tellement contente de la sortie de mon album. » Avant de poursuivre : « La prochaine fois, je ferai plus attention et tout le monde mettra un masque. On peut écouter de la musique et se protéger. »

Aya Nakamura fait directement référence aux vidéos postées sur les réseaux sociaux où l'on voit plusieurs dizaines d'invités s'amusant autour de la star, qui porte une robe blanche. Certains sabrent le champagne, d'autres se déhanchent au milieu des convives. Aucun n'est masqué. Sur son compte Snapchat, on l'a également aperçue danser avec son petit ami. Sur son profil, la chanteuse remercie un établissement nommé Merci Maman « fast good » situé à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) (contrairement à ce que nous avions indiqué dans un premier temps, l'événement n'a pas eu lieu dans les locaux du restaurant, qui n'a fait « qu'honorer une commande » selon sa gérante, NDLR).

La chanteuse a participé à une fête dans un restaurant avec plusieurs dizaines de personnes non masquées. Et cela en plein confinement./Instagram/@ayanakamura_officiel
La chanteuse a participé à une fête dans un restaurant avec plusieurs dizaines de personnes non masquées. Et cela en plein confinement./Instagram/@ayanakamura_officiel  

Aya Nakamura aurait dû se trouver sur le plateau de Yann Barthès pour l'enregistrement de l'émission « Quotidien », diffusée le lendemain. « Bon, Aya Nakamura devait être avec nous mais elle ne vient pas, a lancé le présentateur de Quotidien à l'antenne ce vendredi 13 novembre sur TMC. Il y a des gens qui s'étaient déplacés, et elle a dit à son staff qu'elle avait la flemme de venir et qu'elle était trop fatiguée. Ses danseurs, ne l'étaient pas, eux. Ils sont venus, ils étaient super, on les remercie, ils étaient vachement bien. »

« Elle nous a plantés entre une heure et trente minutes avant l'enregistrement »

Dans la foulée, ce faux bon musico-médiatique est devenu rapidement un des sujets les plus discutés sur les réseaux sociaux. « Elle nous a plantés entre une heure et trente minutes avant l'enregistrement, nous a confié un salarié de la société de production Bangumi, qui fabrique le talk-show à succès. Elle n'est pas venue pour les balances dans l'après-midi, ce qui peut arriver chez certains artistes, mais cela reste très rare quand même. Et puis elle n'est finalement pas venue du tout… » Son équipe était, quant à elle, sur place.

Si la maison de disques Rec 118, un label de Warner, n'avait aucun commentaire à faire vendredi soir, l'artiste, elle, a réagi. « Ni flemme ni plan, j'avais prévenu depuis 13 heures pourtant… Les contretemps ça arrive », a-t-elle assuré sur Twitter. Message immédiatement commenté par un émoticone mort de rire publié par le chroniqueur médias de « Quotidien », Julien Bellver.