Pourquoi manger trop salé est mauvais pour le cœur

Bon marché, cet exhausteur de goût est omniprésent dans les aliments industriels. Or l’excès de sel est très néfaste, en particulier pour le système cardiovasculaire, nous explique le professeur Michel Komajda, cardiologue.

 Le chlorure de potassium peut être une alternative au sel.
Le chlorure de potassium peut être une alternative au sel. IStock

Les médecins sont unanimes : les Français consomment toujours trop de sel. Et souvent sans s'en rendre compte, car cet exhausteur de goût bon marché est présent en masse dans les aliments industriels, même dans les produits sucrés. Or l'excès de sel est néfaste pour la santé, en particulier pour le système cardiovasculaire, nous explique le professeur Michel Komajda, cardiologue, président de la Commission cardiovasculaire de l'Académie nationale de médecine et président de la Fondation Cœur et Recherche.

Pourquoi le sel est-il l'ennemi du cœur ?

MICHEL KOMAJDA. Le sel (chlorure de sodium) est un bon compagnon à condition de ne pas en abuser. Il est utile au fonctionnement de l'organisme, à la transmission des messages nerveux, à la régulation du volume sanguin et à la contraction des muscles notamment. Mais s'il est en absorbé en trop grande quantité, il modifie la structure de la paroi des artères. Celles-ci deviennent plus rigides, ce qui élève la tension artérielle et fragilise le cœur. Chez les personnes hypertendues, la pompe cardiaque doit en effet effectuer un surcroît de travail pour bien irriguer le corps, d'où un risque accru d'hypertrophie du ventricule gauche qui peut conduire à terme à une insuffisance cardiaque. Il est donc préférable de réduire sa consommation de sel. L'alimentation occidentale moderne nous pousse à en avaler environ 10 g par jour, alors qu'il faudrait ne pas dépasser 8 g pour les hommes et 6,5 g pour les femmes.

De quels aliments faut-il le plus se méfier ?

Il faut par principe supprimer la salière sur la table et modérer sa consommation de fromages, de charcuteries et d'huîtres car ces aliments sont naturellement riches en sel. Mieux vaut également limiter tous les aliments industriels qui recèlent beaucoup de sel caché : conserves, plats préparés, biscuits apéritifs, soupes déshydratées, bouillons cubes…. et ne pas trop saler l'eau de cuisson des aliments. Les personnes hypertendues doivent s'en méfier davantage même si on ne préconise plus aujourd'hui un régime strict sans sel, sauf cas particuliers. Ce dernier n'est à présent indiqué qu'en cas d'insuffisance cardiaque.

Quelles alternatives au sel pour allier plaisir et santé ?

Le chlorure de potassium peut être une option pour les personnes qui suivent un régime sans sel, mais ne le prenez pas sans avis médical car il est contre-indiqué aux insuffisants rénaux. Pour la population générale, d'autres substituts permettent de réduire ses apports en sel, comme le « gomasio », un condiment japonais qui contient 10 % de sel et 90 % de sésame grillé moulu. Mais en cuisine, mieux vaut jouer sur les épices et les aromates pour donner du goût aux plats sans forcer sur le sel.