Manger bio, c’est souvent meilleur pour la santé… mais pas toujours !

Près de neuf Français sur dix consomment régulièrement des produits biologiques. Ces produits sans pesticides sont meilleurs pour la santé, mais certains sont désastreux sur le plan nutritionnel, prévient Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste.

 Un biscuit bio peut se révéler aussi gras et aussi sucré qu’un biscuit conventionnel.
Un biscuit bio peut se révéler aussi gras et aussi sucré qu’un biscuit conventionnel. LP/Frédéric Dugit

Près de neuf Français sur dix consomment des produits biologiques, dont 71 % au moins une fois par mois et 47 % au moins une fois par semaine, selon le dernier baromètre annuel de l'Agence Bio. Pour la majorité d'entre eux, l'argument santé arrive en tête des motivations, devant la qualité et la volonté de préserver l'environnement.

La demande semble continuer de s'accroître depuis le début de la pandémie de Covid-19 car nombre de ménages souhaitent consommer plus sain et plus responsable. Mais les produits estampillés bio sont-ils forcément meilleurs pour notre santé ? Réponses du docteur Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste et coauteur du livre « Végétarien sans carence » qui vient de sortir aux éditions Albin Michel.

Les fruits et légumes bios assurent-ils de meilleurs apports nutritionnels ?

Docteur Arnaud Cocaul. Plusieurs études suggèrent qu'ils présentent des teneurs plus importantes en vitamines, en minéraux et en antioxydants, notamment en polyphénols qui freinent le vieillissement cellulaire. Des chercheurs de l'université de Newcastel ont par exemple montré que consommer trois portions de fruits et légumes bios apportent autant d'antioxydants que cinq portions de fruits et légumes non bios. Le fait qu'ils soient davantage de saison et cueillis à plus de maturité leur confère une composition plus stable. Et comme ils n'ont pas été arrosés d'insecticides, de fongicides et d'engrais chimiques, leur assimilation est aussi sans doute meilleure. Les pesticides de synthèse interagissent en effet avec l'intestin et perturbent le microbiote intestinal qui joue un rôle très important dans la digestion des aliments.

Quels autres bénéfices peut-on en attendre ?

Beaucoup de pesticides chimiques sont des perturbateurs endocriniens. Comme les aliments bios en sont exempts, leur consommation n'élève pas le risque de cancers hormono-dépendants (sein après la ménopause, prostate ou thyroïde). Les adeptes du bio souffrent aussi moins d'obésité et de diabète de type 2 que la population générale. Mais le lien de causalité est difficile à certifier, dans la mesure où les personnes qui mangent régulièrement bio suivent mieux les recommandations du programme national de nutrition santé. Ils mangent souvent moins de viande et de produits laitiers, et bien plus de fruits et légumes que la moyenne des Français. Ils ont donc plus d'apports en nutriments protecteurs, tels que la vitamine C, le zinc ou encore le sélénium.

Qui dit bio dit-il nécessairement repas équilibré ?

Absolument pas ! Le bio est devenu une niche commerciale mais tous les produits bios ne sont pas plus vertueux ni plus diététiques pour autant. Un biscuit bio est certes élaboré avec une farine moins raffinée, mais il peut se révéler aussi gras et aussi sucré qu'un biscuit conventionnel. De même, la composition de certains steaks de soja bios est parfois désastreuse d'un point de vue nutritionnel.